Jeux Viens  à Vous Jean-Louis Roubira 2ème partie

La semaine dernière je vous présentai la première partie de mon entretien avec Jeab-Louis Roubira, l'auteur de Dixit mais surtout un pédopsychiatre avec une vraie sensibilité, un auteur ayant crée des dizaines de prototypes pour le plaisir.

Dans cette seconde partie, nous parlerons bien évidemment de Feelings, son nouveau jeu crée avec son ami Vincent Bidault, des passerelles entre le monde ludique et le monde hospitalier, de Régis Bonnessée et du Docteur Mops, de Timothée de Fombelle, de Dixit Porno, la variante dijonnaise du jeu.

Sans oublier le mystérieux Mr F. Faic, professionnel anonyme m'ayant contacté il y a quelques semaines maintenant et qui posera sa question provocatrice mais non moins intelligente à Jean-Louis Roubira. 

 

 

7) On va revenir doucement vers le monde ludique.
Vous avez crée Feelings, avec Vincent Bidault, un collègue infirmier en pédopsychiatrie.


Aujourd'hui, il travaille en protection judiciaire jeunesse.


Une question double.
Pouvez vous nous parler de votre vision du travail en équipe en psychiatrie ?
Et si vous avez envie de nous parler de Feelings et éventuellement de Vincent Bidault, vous pouvez !

 

C'est une question triple alors ! (Rires)

 

Pour le travail en équipe, je travaillai au sein d'hôpitaux de jour, des équipes d'infirmiers, d'aides-soignants, parfois des éducateurs, psychologues, évidemment orthophonistes, psychomotriciens, instituteurs spécialisés, pour moi c'est une richesse, vraiment une richesse car chaque regard, chaque fonction apporte une vision un peu différente qui vient compléter la globalité . C'est une richesse extraordinaire.

Il faut donner à chacun sa place, il faut permettre aux gens d'être dans la créativité, de trouver un équilibre entre les contraintes, le cadre, mais que ça ne soit pas quelque chose qui fassent que les gens n'aient plus leur propre créativité... J'ai toujours essayé de susciter chez mes collègues infirmières ou infirmiers, éducateurs etc des initiatives !

Ca suppose aussi qu'ils aient accès à des formations, ça suppose que les gens se respectent, qu'ils ne soient...pas comment dire.... (Rires) que les rapports ne soient pas uniquement hiérarchiques. C'est extrêmement complexe, parce que se joue au sein des équipes tout ce qui se joue au sein de chaque groupe, des mouvements parfois que l'on ne maîtrise pas, des mouvements inconscients... Y a le côté administratif, avec le cadre d'un côté, le côté clinique de l'autre, la relation au patient, la relation aux parents, il se joue vraiment des choses très complexes...

 

La place du médecin c'est aussi de trouver une unité à tout cela et que cela fonctionne le plus fluidement possible, ça été le cas parfois, parfois ça été plus compliqué, des crises viennent comme ça...parfois cela vient de l'institution, parfois elles sont suscitées par des pathologies de patients que l'institution n'est pas assez forte et solide à canaliser. Il faut être en capacité d'analyser tout cela.

Non, le travail en équipe est vraiment une grande richesse. C'est ce qui me plaît à l'hôpital !

 

Alors Feelings, en 2 mots, c'est issu de ma rencontre avec Vincent Bidault, qui était infirmier en pédopsy en hôpital de jour, j'ai jamais travaillé directement avec lui mais il utilisait beaucoup le jeu dans la médiation de groupe. Quand il utilisé Dixit on a été emmené à se rencontrer, il a utilisé Fabula également. On avait eu l'idée d'écrire un livre à l'époque, dans les années 2011, sur le jeu comme facteur de créativité chez l'humain, lui en plus était formateur, il faisait des formations à la Rochelle comme « le jeu comme médiateur », du jeu vidéo, jeu de rôle, il a animé des groupes pendant des années.

 

On a voulu répondre aux questionnements de personnels, notamment sur les émotions, donc on est parti de ça, on s'est un peu inspiré de Dixit, Gift trap, et la 8ème dimension qui pour le coup est un jeu uniquement thérapeutique, il a été pour le service du Docteur Marcelli pour aider les adolescents à argumenter sur des questions, en essayant d'obtenir l'acquiescement des autres joueurs, et donc on a créé le jeu Feelings autour des émotions, à la fois pour pouvoir prendre conscience de ses propres émotions, d'abord se centrer sur soi, et ensuite s'ouvrir sur l'autre en ayant a chaque tour à deviner l'émotion de son partenaire, le but n'est pas exactement de se mettre à la place mais en tout cas d'envisager l'autre, de le regarder, de l'écouter, de le considérer, ce qui est déjà pas mal !
Avec une troisième phase où l'on fait un tour de table où chacun va dire quelle émotion il a choisie sur une situation donnée, des situations de la vie courante mais qui vont permettre de décliner des thématiques qui touchent de près ou de loin les ados, les enfants et les adultes.

 

Il a d'abord été sous la forme d'un prototype, on a fait 50 boites avec un imprimeur local car on a été lauréat d'un appel à projet de la mairie de Poitiers pour créer un jeu pour lutter contre toutes formes de discriminations, ces 50 boîtes ont été distribuées à des associations qui travaillent avec un public concerné par les discriminations .

 

On a proposé ensuite de réaliser gratuitement des ateliers dans des collèges, pendant 3 mois, des élèves de 4ème ont réalisé leurs propres cartes de Feelings, et puis également un atelier Feelings, comme l'atelier théâtre, permettant d'exprimer ses émotions, avec des profs venant sur leur temps libre, ça a tellement questionné l'académie que l'inspecteur d'académie nous a demandé de lui présenter le jeu et nous a donné carte blanche pour travailler avec l'éducation nationale. On a été beaucoup sollicité par les réseaux CANOPE etc...
En même temps, une interne a passée sa thèse sur le harcèlement scolaire et a donc utilisé Feelings dans des collèges de Poitiers. Ce travail a permis de constater que l'utilisation de cet outil entraînait une diminution significative du vécu de harcèlement chez les élèves. Du moment où l'on a eu beaucoup de demandes de l'éducation nationale, nous nous sommes tourné vers des éditeurs standards mais comme c'était un jeu plutôt professionnel, un marché de niche, ils nous ont plutôt renvoyé sur ...nous, donc Vincent a crée sa propre entreprise et nous avons investi de l'argent tout les 2 afin de produire 3000 boîtes . Elles étaient stockées chez lui, dans le garage, dans le salon, dans la chambre pendant des mois! (Rires)

                                             Dixit à Madrid

 

 

Le premier mois, nous en avons vendu 23... il s'est dit:  « Voilà, voilà... » C'était un pari un peu risqué, mais entre temps le jeu a gagné l'Éducaflip à Parthenay en 2016, il a été présenté par des bloggers de l'Éducation nationale ayant des millions de vues, il a commencé à se faire connaître, le bouche à oreille, les salons, mais l'essentiel des ventes s'est fait sur le site que l'on avait crée pour le jeu (Feelings.fr) où l'on a écrit beaucoup de choses, sur l'histoire, la genèse du jeu, de la théorie car c'est un jeu où il fallait un adulte modérateur pour garantir le cadre, les situations pouvaient aborder des thématiques comme l'homosexualité, la prostitution, la toxicomanie, des choses qui peuvent réveiller des sentiments assez forts, il faut un cadre assez solide.

Ce site permettait grâce a un petit logiciel de créer leurs propres situations, les patients ou les élèves et de les imprimer pour en faire de nouvelles cartes. C'est une innovation vraiment intéressante, et du coup il y a eu un buzz. Là il ne nous reste plus environ que 200 boîtes, il n'a quasiment pas été vendu en boutique, on ne voulait pas qu'il touche le grand public , à part dans une boutique de Poitiers où elle était partie prenante du projet et où elle pouvait expliquer le projet aux professionnels, elle a vendu quand même près de 200 boîtes en 2 ans.

 

A Cannes en 2017, j'ai rencontré un ancien membre du jury qui s'appelle Michel, il a vraiment flashé sur Feelings, c'est un grand enthousiaste, et il s'est autoproclamé ambassadeur de Feelings, il a décidé de le faire connaître afin que le jeu touche le plus grand public, ce qui commençait a être le cas car les professionnels nous racontaient qu'ils le ramenaient chez eux le week-end pour y jouer en famille, car ça permettait d'aborder des sujets qu'ils n'osaient pas forcément aborder spontanément.
Donc Michel a mis le jeu entre les mains de Yoann de Blackrock, et Thibaut Quintens éditeur belge (Act in games) , c'est lui qui est parti pendant plusieurs mois avec un sac à dos bourré de jeux et a fait le tour du monde, il va sortir un livre chez Ilinx pour parler de cette expérience. Donc Thibaut a eu un coup de coeur pour le jeu, ça correspondait à ses valeurs et ce qu'il voulait promouvoir, l'écoute et le respect.

 

Il a décidé tout de suite d'éditer ce jeu, on a repris les bases du jeu professionnel en changeant des petits détails, on a rajouté des cartes émotions...ah j'ai oublié de préciser qu'on a travaillé avec un artiste plasticien qui était infirmier psy et collègue de Vincent, il s'appelle Franck Chalard. Dans la version grand public, il y a 5 nouvelles cartes émotions, hier on était a Orléans pour la Tric trac TV avec Vincent et Thibaut, le jeu sort vers le 20 octobre, on va aller le promouvoir à Essen, à Cannes etc...

 

Il produit environ 8 000 boites, il sort déjà à l'international, français, anglais, néerlandais, la Belgique, ils font la traduction allemande en ce moment. Au niveau des retours c'est assez extraordinaire apparemment... Voilà c'est une nouvelle aventure qui démarre ! Je suis content finalement qu'on touche le grand public, évidemment on a retravaillé des situations, des extensions sont envisagées, mais il est trop tôt pour en parler...

 

C'est une vraie nouvelle vie pour le jeu...

 

Ah oui ! Là je pense qu'il va prendre une nouvelle dimension, on avait eu des promesses des réseaux CANOPE pour un partenariat pour rééditer le Feelings pro mais personne au final s'est engagé, Vincent lui faisait ça en dehors de son travail mais c'était un vrai travail !
Il se levait à 6heures pour répondre aux mails, mais il fallait également qu'il envoie les boîtes , les empaqueter, etc... Il faisait tout éditeur, distributeur... donc il ne voulait plus s'abîmer la santé avec ça donc on avait décidé d'arrêter Feelings pro, donc ça été une vraie chance de voir que le jeu pouvait toucher un public plus large.

 

Le jeu marche avec tout le monde, j'ai l'impression de revivre les débuts de Dixit, où tout le monde adorait le jeu.

Jean-Louis à Parthenay

 

 

8) Le monde du jeu, et celui le monde hospitalier sont complètement différents, pouvez nous expliquer ce que vous apporte personnellement chacun de ces univers, et au contraire ce que vous ne supportez peut être pas dans chacun des 2?

Il commence a y avoir des passerelles intéressantes entre les 2.
A l'hôpital pour enfants j'ai vu Dixit joué dans des groupes thérapeutiques.

A part le cœur de mon travail, la clinique et l'institutionnel où je prends du plaisir, le reste...tout le côté.... ça ne m'apporte rien ! (Rires)

C'est ce que je disais tout à l'heure, l'hôpital est devenu une entreprise qui doit faire du chiffre...
J'ai été très déçu après ma prise de disponibilité, j'ai eu beaucoup de mal a arrêter mon travail en maternité car c'est un travail qui me nourrissait énormément, humainement, et puis j'ai appris tellement... Je n'ai pas pu garder juste ce temps d'intervention là.
Quelque temps après j'ai proposé au chef du service de pédiatrie-oncologie de faire des vacations une ou deux demi journées chez des enfants atteints de cancer, leucémie.

Les vacations sont très peu payées, et j'ai eu une réponse du genre « Ah non, on n'a pas les financements.. » J'ai été dégoûté de cette réponse, car je suis persuadé que l'aide psychologique pour ces patients est essentielle dans le processus de guérison.
J'avais vraiment eu une claque avec cette réponse, j'ai tourné le dos à l'hôpital, j'ai eu du mal a m'en remettre presque...
Tu proposes tes services pour presque rien car financièrement ça va je gagne ma vie, d'apporter ma contribution, une expérience de 20 ans qui est assez nourrie sur ce plan là, et j'ai vraiment expérimenté l'efficacité de l'aide psychologique atteint de maladie grave et donc recevoir un refus comme ça, ça n'a pas renforcé l'image de l'hôpital à mes yeux !

 

 

Pour le monde du jeu...bon.. c'est un petit monde qui reflète la société à une petite échelle...(Rires)

On retrouve tous les défauts, tous les travers que l'on peut voir à plus grande échelle. C'est hiérarchisé, y a le gros Asmodée qui veut bouffer tout le monde, y a tous les autres qui tentent de survivre et de s'organiser, y a de l'humain, des logiques commerciales, financières, d'autres logiques plus intéressantes, donc on essaye de prendre le plus intéressant.

 

Comme au FLIP, ou dans d'autres petits salons, comme à Fouesnant en Bretagne, ou Saint Rémy la Varenne près d'Angers, j'ai fait des rencontres supers, des gens très chouettes, inventifs, dynamiques, le monde du jeu c'est aussi ça ! Quand vous êtes sur un salon et que les gens viennent vous voir, qu'ils vous parlent du jeu que vous avez crée, des expériences qu'ils ont eu autour de ça, moi je retiens ça du monde du jeu en fait !

 

Le reste, toutes les logiques plus marchandes, je suis pas trop dans cet univers ! J'aurais pu rentrer dans la société qu'a créée Régis Bonessée. On s'est formé pendant 2- 3 ans, on a eu des cours de gestion, etc... mais ça ne m'intéresse pas...La gestion, la politique... je m'intéresse à la politique mais c'est pas le truc que je ferais, c'est pas ça qui me fait vibrer !

 

C'est ce que j'avais cru comprendre ! (Rires)

9) Plus sérieusement, avez vous une anecdote drôle ou émouvante qui à pu arriver lorsque vous avez fait jouer Dixit, lors d'un festival ou avec un patient ?

 

J'ai fait une partie à la Gencon en 2013 où il n'y avait que des joueurs de différente nationalité autour de la table, un américain, un chinois, un espagnol, un français (moi)...etc...on a fait la partie en anglais c'était rigolo.

 

A Feelings, il y a eu une partie où une personne s'est effondrée en pleurs, la situation lui faisait un écho très fort à une situation qu'elle vivait, mais ça été vraiment super car l'ensemble du groupe l'a soutenu et à la fin de la partie, la personne a pu donner un éprouvé très positif de ce qu'elle avait vécu.

 

Une partie de Dixit avec un petit gamin de 6 ans avec des adultes et c'est lui qui nous a mis la pâtée !

                      Avec Wil Wheaton
 

10) Si vous deviez me citer 2 personnes du monde ludique, l'une pour ses qualités professionnelles et l'autre pour ses qualités humaines, l'un n'enlevant rien à l'autre?

 

Qualité professionnelle...ça pourrait être aussi humaine, je dirais Régis... Bonnessée, c'est professionnel et humain mais je mettrais professionnel en premier, humain aussi car il a un grand cœur. Je l'admire vraiment pour tout ce qu'il a fait avec Libellud, c'est assez extraordinaire, j'ai suivi tout le processus avant la création jusqu'à aujourd'hui et quand je vois le parcours qu'il a fait... Et puis la gestion des choses, la gestion humaine, tout ce qu'il fait autour... Il sait s'entourer de gens de bons conseils, j'ai une admiration sans borne pour lui.

 

D'autant plus que je serais incapable...c'est des compétences que je n'ai pas. En qualité humaine, j'aime beaucoup Mops en fait ! C'est quelqu'un qui me touche beaucoup et voilà je le connais un petit peu... on ne se voit pas si souvent que ça mais c'est quelqu'un...Je préciserai pas plus mais j'apprécie beaucoup cette personne !

 

11) Comment définiriez-vous en un mot, oui un seul, chacune des personnes suivantes  : 

 

Marie Cardouat : Unique

 

Régis Bonnessée : Génie

 

Monsieur Phal : Extraverti mais vous avez déjà du l'avoir ! Oui... allez passionné !

 

Franck Dion : Je le connais pas très bien, mais je dirais Sphinx !

 

Vincent Bidault : Ami

 

Piero Lalune : Sympathique

 

Dominique Ehrhard : J'adore ce garçon ! C'est un grand monsieur.

 

Roberto Fraga : Ahah... Je dirais bien une fourmi car je le vois tout le temps avec ces ballots et tirer ces trucs mais y a ptet plus sympa à dire ! (Rires) Un extraterrestre !

 

Philippe Des Pallières : Ah ah...Je dirais un ogre...

 

Matthieu d'Epenoux : Lui aussi ça peut être le Sphinx....Je le vois comme un sage qui bouillonne à l'intérieur ! (Rires) Ca me semble pas mal ! (Rires)

 

Jean Louis Roubira : Hum....joueur !

 

 

12) Imaginez une soirée ensemble, mais nous ne nous connaissons pas ou très peu, je vous propose de jouer à 3 jeux dans le but d’apprendre à se connaitre, lesquels me proposez vous  et pourquoi  ?  Ou bien préfèrez-vous faire des canulars téléphoniques à Matthieu d'Epenoux, un verre de Saint-Véran à la main  ?

 

Il faut inventer le canular téléphonique ?
 

Vous pouvez mais ce n'est pas obligatoire...

 

Alors pour les 3 jeux je dirais les échecs, poker et Dixit.

 

Dixit est souvent cité !

 

Je suis obligé de le citer car pour se faire connaître c'est pas mal.

 

Et si vous avez une idée de canular téléphonique ?

 

Bah oui, avec Mathieu d'Épenoux, se faire passer pour l'auteur d'un jeu super connu mais qui n'est plus édité et demander s'il serait intéressé pour le rééditer.

             En compagnie du Docteur Mops et de 2 blondes

 

 

13) Pourriez-vous nous parler d'un auteur ou d'une œuvre importante à vos yeux, que ce soit en littérature, théâtre, cinéma, jeu etc... que vous souhaiteriez faire découvrir ou redécouvrir à mes lecteurs ?

 

Y en a tellement ! Comment faire un choix ?! (Réfléchi)

 

Timothée de Fombelle qui est un auteur de littérature jeunesse mais qui a écrit un livre pour les adultes qui est vraiment super. Il a fait des livres pour les enfants mais qui peuvent tout à fait être lu par les adultes.

Livres pour ados, Le livre de Perle, Tobie Lolness, Vango...

 

C'est un auteur qui gagne à être connu par tout le monde, c'est très ludique. Je l'ai rencontré à une occasion, il devait faire un projet pour inventer un futur possible, ils avaient décidé avec son équipe de faire un jeu et comme ils connaissaient Dixit, ils m'avaient contacté. j'ai été les rencontrer à Paris, j'ai échangé avec Timothée de Fombelle, c'est vraiment quelqu'un d'intéressant humainement et ses livres sont géniaux donc pour moi ça fait la passerelle entre le monde du jeu et la littérature enfantine, adolescente et adulte.

 

 

14) Une question un peu plus drôle et anecdotique, connaissez vous la version dijonnaise de Dixit, Dixit Porno ?

 

Si elle existe, je veux bien la connaître ! (Rires)

 

C'est une joueuse dijonnaise qui a crée cette variante, voilà où Dixit peut aller !

 

Je veux bien mettre mon corps a contribution ! (Rires)

 

15) Le jour où vous devrez quitter le monde du jeu, d’une manière ou d’une autre, que souhaiteriez-vous que l’on retienne de vous professionnellement mais surtout humainement?

 

Le jour où je quitterai le monde du jeu, c'est ptet le jour où je quitterai le monde... j'imagine.

Professionnellement, plutôt quelqu'un avec qui c'est agréable de travailler, discret qui est attentif à l'autre...mais ça rejoint le côté humain !

Les 2 mon capitaine ! Quelqu'un de discret mais attentif à l'autre.

 

16) C'est malheureusement la fin de cet entretien, Jean-Louis Roubira, en prenant en compte votre vie professionnelle et personnelle êtes vous heureux ? ….

 

Ah ah ah.... Vous voulez qu'on reparte sur 2 heures d'entretien ou on fait court ?

 

C'est vous qui voyez !

 

Joker !

 

Alors ma vie professionnelle je suis le plus heureux du monde !

Ca c'est clair et net !

 

Je m'estime ultra privilégié, je fais ce que j'ai envie. Bon y a des contraintes mais heureusement qu'il y en a.

 

La vie personnelle, on va dire joker.

 

Et puis...en fait j'aspire à être heureux quelque soit les événements extérieurs voilà !

                                 Dédicace à la GenCon

 

La question de Monsieur F. Faic  

 

On vous connait, Docteur! Quand je dis "On", C'est "eux"... et moi aussi car, s'il parait que "on" est un con, je ne voudrais pas me priver de ce privilège. On vous connait pour avoir affronté sans ciller toutes les imitations de Dixit. Aussi merdeuses que prétentieuses, aucune ne semble vous avoir inquiété et à raison puisque ni les phases de débat intense dans Conan ni la poésie des cartes de 6 qui prend n'ont su égaler ce dont vous et Libellud nous avez abreuvé. Il n'est pas né celui qui fera du civet des lapins de Dixit. D'où ma question, est-ce par faute de concurrent à votre niveau ou à fin de ne pas vous endormir sur votre couronne de laurier d'auteur multiple fois primé que vous avez décidé d'essayer de vous auto-défier sur le marché du Dixit-like?

 

Je ne sais pas pour les autres mais moi, quand je fais un jeu, c'est pour me soigner; Il parait que les fans de Dixit sont majoritairement des gens qui souffrent de phobie sociale, (dixit une interne en médecine qui a fait sa thèse l'an dernier sur ce sujet); C'était également mon cas; aujourd'hui après des milliers de partie de Dixit, j'ai toujours cette phobie, mais maintenant je sais pourquoi..

 

Pour Feelings, idem, je ne suis pas très à l'aise avec les émotions... J'ai bien peur que l'efficacité autothérapeutique du jeu ne soit pas démontrée avant quelque temps... Tout cela pour dire, (même si ça n'a aucun rapport) que je ne pense pas que le second (Feelings) soit un Dixit like; Je pense que ce jeu est dans la filiation du Dixit, et non un clone, dans le sens où il est question de s'intéresser au monde interne de soi et de l'autre, mais là où dans Dixit on explore son imaginaire, c'est plutôt le domaine des émotions dans Feelings, ce qui est quand même une vraie distinction.

On aurait pu faire un "Feelings-Dixit", ou un "Dixit-Feelings", avec au lieu des cartes situations, des cartes illustrées à la Dixit qui inspirent des émotions. Les cartes émotions de Feelings ne sont pas là ppour être interprétées d'ailleurs. Donc voilà, je ne sais pas si je vous ai convaincu, mais c'est ma réponse!

 

La semaine prochaine, le 50 ème invité de Jeux Viens à Vous aura du mordant...


Pour ceux qui souhaiteraient soutenir mes entretiens, voici ma page tipeee,  même un petit geste fait plaisir et vous pourrez contribuer à d'autres interviews réalisés sur des festivals (Cannes, Paris est ludique, Essen...) : 

Ma page Tipeee 
 

Merci à mes Tipeeeurs de me soutenir  : Arnaud Urbon, Bruno Faidutti, Emilie Thomas, Nicolas Soubies ,Virgile De Rais  et Pierre Rosenthal! 

 

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir les précédents entretiens, mes animations ou suivre ma page facebook  : 

http://www.facebook.com/jeuxviensavous/
 

Saison 1

Yves Hirschfeld
Benoit Forget
Bruno Faidutti 1ère partie
Bruno Faidutti 2ème partie
Naiade
François Haffner 1ère partie
François Haffner 2ème partie
Pierô Lalune
Timothée Leroy
Mathilde Spriet
Sébastien Pauchon
Tom Vuarchex
Vincent Dutrait 1ère partie
Vincent Dutrait 2ème partie
Christophe Boelinger 1 ère partie 
Christophe Boelinger 2ème partie
Régis Bonnessée
Roberto Fraga 1ère partie
Roberto Fraga 2ème partie
Cyril Demaedg
Bruno Cathala 1 ère partie
Cyril Blondel
Bruno Cathala 2ème partie
Yahndrev 1ère partie
Yahndrev 2ème partie
Emilie Thomas
Sebastien Dujardin
Florian Corroyer
Alexandre Droit
Docteur Mops 1ère partie
Docteur Mops 2ème partie
Arnaud Urbon
Croc
Martin Vidberg
Florent Toscano
Guillaume Chifoumi
Nicolas Soubies
Juan Rodriguez 1ère partie
Juan Rodriguez 2ème partie
Bony
Yannick Robert
Docteur Philippe Proux
Franck Dion 1ère partie
Franck Dion 2ème partie
Franck Dion 3ème partie
Yoann Laurent
Carine Hinder et Jerôme Pélissier
Dominique Ehrhard
Christian Martinez
Maxime Savariaud
Véronique Claude

Shadi Torbey


  

Saison 2 

Fabien Bleuze
Serge Laget
Djib 1ère partie
Djib 2me partie
Florian Sirieix
Farid Ben Salem 1 ère partie
Farid Ben Salem 2ème partie
Julien Lamouche
Jean-Louis Roubira 1ère partie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now