Jeux Viens à Vous Claude Leroy 

2ème partie

La semaine dernière je vous présentai la première partie de mon entretien avec Claude Leroy, voici la suite de notre échange.

Claude nous parle de poésie en nous offrant deux de ses oeuvres, de son fils Timothée, Bruno Cathala, Cosmoludo la société d'édition qui s'occupe de ses nouvelles oeuvres et du futur... 



10) Vous me disiez écrire de la poésie, un art qui n'est plus très à la mode auprès des jeunes générations, ou en tout cas pas sous sa forme traditionnelle. Certains parlent même du rap comme une nouvelle forme de poésie.

 

10 A) Question inévitable, Lord Byron contre Booba, qui gagne ?

 

10 B) Plus sérieusement, qu'aimeriez vous transmettre aux jeunes générations sur ce qu'est la poésie et la puissance qu'elle peut dégager ?

 

D'une certaine manière, la technique de base de l'expression poétique, à savoir la prosodie, n'a jamais été autant prise en compte qu'aujourd'hui, et c'est essentiellement le fait des générations montantes.

 

Le rap a en effet a permis cette réappropriation; sans références livresques, sans accès au corpus des auteurs de la tradition classique,ces bateleurs de mots ont spontanément retrouvé les outils  rhétoriques (allitérations, quantité des syllabes, regroupements rythmiques )   qui donnent à la phrase une inscription particulière, qui la gravent  dans un marbre; les sociologues   américains notent  d'autre part une floraison d'adages et de micro-poèmes sur Twitter,   la confrontation ludique avec  la contrainte spatiale stimulant l'inventivité verbale.

10 C) Auriez-vous la gentillesse de nous faire partager l'une de vos œuvres ?
 

Voici deux  extraits de mon deuxième recueil ("Inviter le diable")




DE  LA VISITE

 

combien d’oncles pouvez-vous avoir

 

combien sont-ils encore à battre la campagne

 

à relier des points oubliés de la carte

 

 

d’autant moins soucieux d’assurer leurs arrières

 

qu’ils savent où trouver

 

un havre et un recours

 

 

 

or donc un de ces soirs qui baignent dans le calme

 

et porteraient à croire

que tout est pardonné

 

sous l’arbre à papillons

vous entendez le timbre

 

d’une toux à la fois atone et familière

 

 

et voici qu’il  se tient à présent devant vous

 

 

qui hausse les épaules

 

 

propose de rentrer

 

 

 

et vous les bras ballants

lui emboîtez le pas  pendant qu’il fait son tour

 

 

 

 

de lui comme d’ailleurs de tous ses autres frères

frères de votre mère

 

gens de l’autre côté

 

et si peu complaisants  à ceux de votre sorte

 

longtemps votre candeur a craint le jugement

 

 

le sourcil circonflexe

il inspecte les aîtres

 

 

 s’attriste au choix des  meubles

et des tapisseries

 

 consent à prendre place

 dans votre rocking-chair

 

où  à longueur de temps il baille à ne rien dire

 

 

car il faut qu’ il se lève

pour desserrer les dents

 

 

et l’oreille en alerte

tandis qu’il va et vient

vous cherchez sens aux mots qu’il mâche dans  sa barbe

 

 

il a fait  du charbon et encor du charbon

 

 

du charbon dans les mines du Minnesota

 

du charbon dans les soutes

de cargos infernaux

 

du charbon dans les veines

des nains  de la montagne

 

 

il y serait encor n’était la main du diable

 

 

la sienne en y pensant palpite et se referme

 

 

quand symétriquement sous la manche qui flotte

 

celle qu’il a perdue voudrait lui faire écho

 

 

ce qu’il récapitule est affaire privée

 

mais  que vous écoutiez

est chose négligeable

 

 

il parle de complots

 et de contrats rompus

 

d’échéances fatales

 

dont il se fiche un peu

 

 

et vite habitué

vous n’y prenez plus garde

 

 

et c’est comme un repère

de l’heure qu’il peut être

 

quand reviennent  en boucle

 

ses récriminations

 

 

vous restez en retrait

ce dont il s’accommode

 

il n’a pas d’appétit

 

ne garde pas la chambre

 

 

vous tenez pour acquis  que lui ne dort  jamais

 

 

et c’est le cœur léger que la nuit s’avançant

 

 

vous le laissez veiller

 posté sur la terrasse

 à scruter la ténèbre

 

son vieux marteau piqueur couché sur ses genoux

 

 

jusqu’à ce rêve idiot qui soudain vous redresse

 

vous fait sortir du lit pour comprendre d’où vient

 

que les murs aient tremblé de la base à la cime

 

dans un bruit d’avalanche

et de verre pilé

 

or la maison repose et tout a l’air en ordre

 

 

il y a ce silence

 

 

le silence en impose aux ombres de la cour

 

 

vous tombez en arrêt à l’entrée de la cave

 

il semble bien qu’on ait livré de l’anthracite

 

des vagues de boulets jusqu’aux premières marches

arrivent à mi-cou de l’ homme au poing levé

 

le visage a perdu son expression farouche

 

dit le soulagement que ce soit arrivé

 

 

et vous vous demandez ce que vous faites là

spectateur obligé   orphelin d’un grand rôle

 

 

d’une vraie décision quand serez-vous le maître

 

 

et soudain se détache

d’un pan de la mémoire

l’adresse d’un neveu

 

celui de la côte ouest

 

qui sagement assis sur le pas de sa porte

 

attend il ne sait quoi

 

attend votre venue

 

 

 

 

DIASPORA


 

où nous n’irons jamais d’autres font le voyage

 

qui n’emportent pas moins quelque chose de  nous

 

 

qui voudra mesurer l’étendue de la perte

 

s’en remette à la plainte du vent sur les plaines

 

 

à la voix dans la nuit

 

qui se souvient de tout

11) J'aimerai parler de votre fils, Timothée.
Mais je dois vous dire tout d'abord 2 choses à son propos.


Tout d'abord, j'admire son parcours, s'être lancé si jeune et avoir tenu bon jusqu'à ce que la roue tourne favorablement pour Jactalea devenu depuis Blue orange France, il a eu les c....... de le faire et cela mérite vraiment le respect.


Mais surtout, car c'est le plus important pour moi, il est resté quelqu'un de très abordable, de simple et souriant.

Certains invités que j'ai interviewé, très sympathiques durant l'interview deviennent beaucoup plus froid après que l'entretien soit publié, mais Timothée quand je le rencontre sur les salons prend toujours le temps de s'arrêter et de me dire bonjour avec le sourire, de me demander comment je vais. Ce sont des valeurs importantes à vos yeux et que vous avez pris soin de lui inculquer ? Qu'aimeriez vous nous dire plus généralement sur votre fils? Le père que vous êtes est fier de l'entrepreneur mais surtout de l'homme qu'il est devenu ?

 

Fort heureusement, les enfants apprennent plus de leurs parents par imprégnation que par assimilation de consignes explicites.

Je pense que mes fils, usant de leur droit  d'inventaire,  ont rapidement compris que dans mes façons de faire  il y avait à prendre et à laisser.

Cela dit, je me réjouis que loin d'essayer de devenir des copies conformes de leurs parents, comme les ingénieurs fils d'ingénieurs et les notaires fils de notaires, ils aient tracé leur propre voie.

Timothée a pris très tôt celle du commerce, et a choisi de se former  sur le tas.

Il est vite devenu un de ces vendeurs   dont on dit qu'ils fourgueraient  des rayures à un zèbre.

Mais dans son cas,  il ne s'agissait pas simplement de séduire -  encore moins d’embobiner - des acheteurs potentiels, mais de comprendre l'autre, de se mettre à à sa place, d'anticiper ses attentes, pour faire de la transaction un jeu gagnant/gagnant.Il a toujours eu le goût du contact humain,  de la rencontre, de la découverte, de l'échange et du partage.

Je pense que c'est cette dimension qui a fait de lui quelqu'un que tout un chacun a plaisir à côtoyer, quelqu'un qui ne croit pas que pour réussir il faille nécessairement éliminer des rivaux en chemin.

S'il fallait absolument que me reconnaisse un mérite en tant que parent, ce serait peut-être d’ avoir transmis un certain état d'esprit ludique,  d’ avoir donné à entendre que la vie est un grand jeu, une succession de parties souvent très excitantes, et dont on apprend toujours quelque chose, qu'on les ait gagnées ou perdues.

                                       Timothée en compagnie de Bruno Cathala

 

 

12) Pourriez-vous nous parler de 2 rencontres importantes à vos yeux dans le monde ludique, l'une pour son côté professionnel et l'autre pour son côté humain ? L'un n'enlevant rien à l'autre et vice versa.

Parmi les rencontres que j'ai pu faire dans le monde du jeu, il m'est difficile d'en isoler deux en particulier, car j'ai le sentiment que chacune d’elles avait son importance, me permettant notamment de sortir de ma bulle de créateur ego-centré.

J'ai toujours tendance en effet à imaginer des jeux auxquels j'aurais personnellement envie de jouer, (et tant mieux si d'autres sont du même avis).

 La relation avec les éditeurs et le public vient évidemment corriger cette tendance, au moins à la marge.

 

Je suis d'autant plus admiratif d'auteurs comme Bruno Cathala, qui savent se mettre à la place  de leur public, et lui offrent un divertissement qui dosera  facilité d'accès, thématique séduisante, et ingéniosité des combinaisons. J'ai été particulièrement touché du fait que Bruno, que j'ai eu le plaisir de recevoir à plusieurs reprises, m' ait dit que  mes premiers jeux, et notamment le Gygès, avaient pu  jouer un rôle dans sa décision de sauter le pas, et de se lancer dans la très belle carrière que l'on sait.

Autre chose me fait grand plaisir: j'ai observé que nombre de créateurs, qui ont connu un succès certain avec des propositions très "grand public", soient venus me voir pour me montrer des projets dont ils ne pouvaient pas attendre un succès économique, mais qui avaient  comme caractéristique d'être des jeux purement abstraits; tout se passe comme s'ils mettaient leur point d’honneur à réaliser au moins une œuvre de cette sorte, parce qu'un objectif aussi noble les  stimule et les passionne - et je reconnais là la flamme singulière qui porte tous les inventeurs.

 

Comme le souligne le Docteur Mops, tous les jeux ne seraient-ils pas abstraits?

Tous les jeux proposent des mécanismes si possible originaux, ou contenant au moins une part d'originalité; ce degré d'inventivité varie, et il n'est jamais un gage de succès; il en est de même pour les chansons, les films, les romans; mais le Dr Mops a raison de souligner qu'au départ il y a un algorithme, et que tous les auteurs de jeux sont un peu mathématiciens, souvent sans le savoir...

13) Ma prochaine question sera plus intime, j'ai l'impression que vous vous faites actuellement rare dans les événements ludiques. J'ai cru comprendre que votre état de santé était actuellement fragile, sans rentrer dans des poncifs mélodramatiques, acceptez-vous de nous parler de ces faiblesses que le temps nous apporte inlassablement et qu'en tant qu'infirmier j'appréhende de plus en plus de manière personnelle?

 

Que mes fans se rassurent: je suis immortel. Il se trouve simplement qu’avançant en âge je suis encore plus paresseux et casanier, et qu'on me voit plus rarement dans les manifestations ludiques....

 

Pour me représenter avantageusement, je compte beaucoup sur un nouveau partenaire, Tom DELAHAYE, éditeur designer d'une gamme présentant des petites séries  de certains de mes jeux, à retrouver sur cosmoludo.com

 

Il s'auto distribue ?

 

La phase de commercialisation active débutera en janvier 2019.

Nous nous adresserons en direct aux amateurs de jeux  de stratégie, susceptibles d''apprécier ce qu'on ne trouve pas  ailleurs, et sensibles à une certaine image de marque;  nous alerterons bien entendu  les relais d'opinion que sont les les blogueurs et les journalistes spécialisés, francophones et anglophones; nous envisageons  différentes formes d'intéressement et d'implication de partenaires  qui pourraient jouer un rôle d’intermédiaires et de diffuseurs;  il s'agit de gagner progressivement un public certes minoritaire, mais présent sur toute la planète.

                        Khantsin 

 

 

 

 

14) Imaginez justement une soirée ensemble, mais nous ne nous connaissons pas ou très peu, je vous propose de jouer à 3 jeux dans le but d’apprendre à se connaître, lesquels me proposez-vous et pourquoi  ? 
Ou bien préférez-vous réaliser un canular téléphonique à Matthieu d'Epenoux un verre de Saint-Véran à la main ?


il y a un sport d'intérieur qui selon moi condense beaucoup de traits propres aux jeux de stratégie: il s'agit du ping-pong: le comportement du partenaire dit tout  de sa relation à l'autre et de la façon d'appréhender le monde; j'aime beaucoup aussi le molky, qui combine sans prérequis adresse et ruse(e) calculatoire; j’apprécie aussi l’échange d’énigmes, entre gens de bonne compagnie.

 


 

14) Pourriez-vous nous parler d'une œuvre (littérature, musique, peinture, ludique...) ou d'un auteur que vous souhaiteriez faire découvrir ou redécouvrir aux lecteurs ?

 

Les œuvres littéraires  qui souffrent le plus de la méconnaissance du public  sont souvent celles qui ont été adaptées et transposées, adaptation qui fait écran car la curiosité s'y arrête sans remonter à l'original;  c'est ainsi que pour la plupart ds gens," Alice au pays des merveilles" n' est qu'un dessin animé, alors que le texte de Lewis Carroll, à tort considéré comme réservé aux enfants, est d'une richesse inouïe; même chose pour " L'insoutenable légèreté de l'être", de Milan Kundera: le film s'interpose , et  le spectateur ne devient pas lecteur. 

 

 

 

15) A chaque fois que l'on m'a parlé de vous, c'était avec beaucoup de respect, vraiment, et vous me donnez cette sensation dans vos propos, presque de sagesse. Auriez-vous un conseil à donner aux jeunes générations ? Une bouteille à la mer que vous lanceriez sur internet...

 

Je suis très loin d'être un "sage"; et moins il y aura de gens pour s'en remettre aux directives d'un sage supposé, mieux ça vaudra; je pense simplement que ceux qui ont décidé de mettre en application un projet personnel, indépendamment de la voie que d'autres auront tracée pour eux, ceux-là ont bien raison.

                                      Claude Leroy avec le fils de son fils

 

 

 

16 A) Venons à la question fatidique... oserez-vous y répondre ?
Vous êtes proche de Bruno Cathala, Claude, êtes vous Leroy de Kingdomino ?


En fait, j'ai abdiqué depuis longtemps. Il doit s'agir d'un autre.



16 B) Plus sérieusement, le jour où vous devrez quitter le monde du jeu, d’une manière ou d’une autre, que souhaiteriez-vous que l’on retienne de vous en tant que professionnel mais également en tant qu'être humain?

Je souhaite que l'envie de jouer à certains de mes jeux dure un certain temps.

17) Malheureusement, c’est déjà la fin de cet entretien, Claude, en prenant en compte, votre vie professionnelle et personnelle, êtes-vous heureux  ?

 

Mon sentiment est d'avoir eu, à tous égards,  beaucoup de chance, tant dans ma vie personnelle que dans mes différents  domaines d'activité; je trouve très gratifiant d'avoir pu donner libre cours à mes velléités créatrices... et j’espère que ça va continuer encore un peu.

 

Merci de l'intérêt que vous portez à mon parcours

 

Merci à vous Claude Leroy pour le temps pris et ces beaux écrits

Pour ceux qui souhaiteraient soutenir mes entretiens, voici ma page tipeee,  même un petit geste fait plaisir et vous pourrez contribuer à d'autres interviews réalisés sur des festivals (Cannes, Paris est ludique, Essen...) : 

Ma page Tipeee 
 

Merci à mes Tipeeeurs de me soutenir  : Arnaud Urbon, Bruno Faidutti, Emilie Thomas, Nicolas Soubies ,Virgile De Rais, Pierre Rosenthal, et Ludikam! 

 

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir les précédents entretiens, mes animations ou suivre ma page facebook  : 

http://www.facebook.com/jeuxviensavous/
 

Saison 1

Yves Hirschfeld
Benoit Forget
Bruno Faidutti 1ère partie
Bruno Faidutti 2ème partie
Naiade
François Haffner 1ère partie
François Haffner 2ème partie
Pierô Lalune
Timothée Leroy
Mathilde Spriet
Sébastien Pauchon
Tom Vuarchex
Vincent Dutrait 1ère partie
Vincent Dutrait 2ème partie
Christophe Boelinger 1 ère partie 
Christophe Boelinger 2ème partie
Régis Bonnessée
Roberto Fraga 1ère partie
Roberto Fraga 2 ème partie
Cyril Demaedg
Bruno Cathala 1 ère partie
Cyril Blondel
Bruno Cathala 2ème partie
Yahndrev 1ère partie
Yahndrev 2ème partie
Emilie Thomas
Sebastien Dujardin
Florian Corroyer
Alexandre Droit
Docteur Mops 1ère partie
Docteur Mops 2ème partie
Arnaud Urbon
Croc
Martin Vidberg
Florent Toscano
Guillaume Chifoumi
Nicolas Soubies
Juan Rodriguez 1ère partie
Juan Rodriguez 2ème partie
Bony
Yannick Robert
Docteur Philippe Proux
Franck Dion 1ère partie
Franck Dion 2ème partie
Franck Dion 3ème partie
Yoann Laurent
Carine Hinder et Jerôme Pélissier
Dominique Ehrhard
Christian Martinez
Maxime Savariaud
Véronique Claude
Shadi Torbey


  

Saison 2 
 

Fabien Bleuze
Serge Laget
Djib 1ère partie
Djib 2me partie
Florian Sirieix
Farid Ben Salem 1 ère partie
Farid Ben Salem 2ème partie
Julien Lamouche
Jean-Louis Roubira 1ère partie
Jean-Louis Roubira 2ème partie
Philippe des Pallières 1ère partie
Philippe des Pallières 2ème partie
Julian Malgat Tome 1
Philippe Tapimoket 1ère partie
Philippe Tapimoket 2ème partie
Théo Rivière
Reixou
Nicolas Bourgoin
Natacha Deshayes
Gary Kim 
Emmanuel Beltrando
Tony Rochon

Thierry Saeys
Lia Sabine
Igor Polouchine 1ère partie
Igor Polouchine 2ème partie
Bernard Tavitian
Marcus 1ère partie
Marcus 2ème partie
Gaetan Beaujannot
Jean-Michel Urien
Michel Lalet 1ère partie
Michel Lalet 2 ème partie
Michel Lalet 3ème partie
Christophe Raimbault
Gaelle Larvor / Nam-Gwang Kim
Stefan Feld


Saison 3

Catherine Watine
Jean-François Feith
Nadine Seul 1ère partie
Nadine Seul 2 ème partie
Guillaume Lemery 1 ère partie
Guillaume Lemery 2 è me partie
Jérémie Fleury Tome 1
Aurore Matthey
Richard Garfield
Rémi Amy
Eric Jumel
Hadi Barkat
Roméo Hennion
Clément Leclercq
Blaise Muller
Claude Leroy 1 ère partie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now