Jeux Viens à Vous Reixou



Interviewer un intervieweur? Pourquoi pas!
La Radio des jeux a pris une place importante dans le relais médiatique du monde ludique, des émissions gérés par 2 compères. Fred et Olivier Reix alias Reixou. 
C'est vers ce dernier que mon divan s'est installé. 
Mais l'homme semble réservé et ne se lâchera pas totalement. 

Il nous parle de musique, de l'histoire de la Radio des Jeux, des invités dont Croc et Philippe Mouret , d'Antoine Bauza celui qui a fait revivre l'émission, des difficultés à gérer les déplacements notamment ceux de Fréderick et de sa longue histoire d'amour avec le jeu....



1) Reixou bonjour, aurais-tu la gentillesse de te présenter? 

 

Bonjour, 

 

Olivier Reix, 46 ans, joueur depuis à peu près toujours et passionné.

J'ai quelques autres passions : 

+ la musique américaine roots, affiliée rock / blues / country (de Little Richard à JD Mc Pherson, de Robert Johnson aux White Stripes, de Jimmie Rodgers à Jamey Johnson, pour ceux à qui ça parle). Même si maintenant je peux écouter de tout, ça reste cette musique qui me remue le plus.

+ la chose écrite et en particulier la presse (jeux et rock en particulier mais pas que).

 

Tout ça je pense me vient de l'adolescence, d'un oncle féru de rock n' roll 50s qui tenait un fanzine dessus (Big Beat) et du Jeux et Stratégie #27 (spécial SF ! qui a chimiquement transformé mon existence. Et de la rencontre de deux potes au collège (que je vois moins maintenant, salut les Stéphane) avec qui j'ai pu partager tout ça très tôt (musique, jeu).

 

Sinon je suis marié, j'ai 3 ados (16,14,12 ans) et je suis ingénieur informaticien (comme dans la chanson).




2) Que représente le jeu pour toi ?

La première chose qui me vient ce sont des après-midi de collégien et de lycéen complètement sortis de la morosité par des parties dans les caves ou les cuisines de l'un ou l'autre. Avec des éclats de rire sans fin et mémorables sur Junta, l'An Mil ou Supergang. Ou Donjons et Dragons avec des figurines de Schtroumpf. Ce sentiment est fondateur.

 

Et sinon c'est aussi un bon moment de partage avec ma femme, mes enfants en vacances  (2/3 ne sont pas très joueurs de jeux de société sinon) et plus largement avec mes amis. Et un medium qui m'a permis tout au long de ma vie de rencontrer un nombre conséquent de gens qui sont devenus des amis.

 

Je constate que, beaucoup plus que pour nombre d'autres personnes, jeu = plaisir.

3) Beaucoup de joueurs pensent qu'il faut jouer à des jeux compliqués, longs, pour, j'ai l'impression, se prouver qu'ils sont de vrais joueurs alors que l'important, je pense, est de prendre du plaisir et de se retrouver avec les personnes que l'on apprécie. Tu ne trouves pas cela dommage d'ailleurs que le jeu ne garde pas parfois cette dominance de plaisir  ?

 

Je ne partage pas cette constatation sur le "beaucoup de joueurs" ...

Il y a en revanche cet aspect peut-être avec les jeux longs qu'on se forge un souvenir, un plaisir sur la durée. Quand je joue à un jeu long, je garde cette dominance de plaisir comme tu dis (selon le jeu et les joueurs bien sur).

Oui j'avoue que le « beaucoup de joueurs » était peut être exagéré "Trop de joueurs"  aurait mieux convenu.

4 ) Venons-en à ce qui t'a fait connaître, La Radio des jeux.
Pourrais-tu nous raconter comment tu as connu ton compère Fred, et comment tu en es arrivé à animer dans l'émission ?


Alors "ce qui t'a fait connaître" j'imagine que ça dépend pour qui. J'ai eu une grosse activité internet entre grosso modo 2003 et 2006 où mon blog de l'époque "Les petits jeux du mercredi" était une des meilleures sources de news francophone, je pense. Et aussi un des premiers blog de jeux de société. Et j'ai eu une très grosse présence sur le forum TricTrac sur ces années (je suis un des premiers inscrits et un des très gros contributeurs).

 

C'est vraiment à cette période que je suis entré dans le microcosme en participant aux Ludopathiques de Bruno Faidutti, aux premières rencontres du Web Ludiques de Ludo le Gars, à la création du Jeu de l'année avec entre autres Mathieu d'Epenoux (Cocktail), Alain Rivolet (Concept), Adrien Martinot (Days of Wonder), Cyril Demaegd (Ystari / Space Cowboy), Dominique Bodin (auteur de Vitrail / Witness) et d'autres. A l'époque aucun n'était un professionnel du jeu à l'exception de Matthieu.

 

Pour la rencontre avec Fred : donc en 2003, j'avais Les P'tits Jeux du Mercredi qui était aussi le nom des soirées jeux que j'organisais chez moi. Et Frederick me contacte pour savoir s'il peut se joindre à nous. Comme on était déjà complet chez moi (mes deux tables étaient occupées), on a commencé à discuter à la création d'un club de jeu sur Grenoble et ça a donné Jeux En Société qui existe depuis 2003 et qui tourne toujours à plein régime. C'est plutôt un club orienté jeux de gestion / jeux allemands, mais pas uniquement.

On a eu et on a quelques auteurs dans nos rangs, en particulier Antoine Bauza qui a fait tourner au club ses Ghost Stories, 7 Wonders ou Takenoko avant de descendre vers Valence. Actuellement on a quelques prototypes qui tournent de plusieurs auteurs dont Alain Brobecker qui se fait éditer.

 

Vers 2007-2008 je crois, Fred a déménagé à Strasbourg et on a continué à se voir principalement à Essen tous les ans. On a quelques années d'écart (c'est lui le jeune) mais depuis le début on s'est vraiment super bien entendu sur plein d'aspects. C'est un ami proche même si on se côtoie finalement peu pendant assez longtemps. On aime en gros les mêmes jeux, on aime jouer ensemble, on s'est mis au poker ensemble (et à fond), on a arrêté à peu près à la même période, etc ...

                        Reixou et Fred 



La Radio des Jeux c'est son bébé, créée en 2010 avec Guillaume Montiage (auteur de plusieurs Murder Parties, de Nefertiti, de Kemet...). J'ai juste participé au 2ème épisode de la saison 1 pour aider Fred à interviewer Antoine Bauza, interview enregistrée à la maison. Guillaume et Fred  ont animé l'émission pendant 2 saisons ensemble puis ils ont refilé le bébé à une équipe parisienne qui a gardé le flambeau allumé pendant 2 ans supplémentaires. Ce podcast a eu un énorme retentissement : c'était le premier en Français sur ce sujet je crois et Fred et Guillaume ont de suite eu des invités de haut vol et un vrai talent pour créer des émissions à la fois intéressantes et amusantes.

Bref en tous cas après 4 ans la Radio des Jeux s’arrête. Sa renaissance vient d'un tweet d'Antoine Bauza début 2016 et un ping-pong avec Fred et moi qui a déclenché le début des saisons 5 et 6 que j'ai animé avec Frederick.

Antoine, lors d'une conférence que j'avais organisée, avait raconté qu'il avait crée 7 Wonders pour ses 6 autres potes avec qui il jouait tous les week -end afin d'avoir un jeu pour 7, c'était ton groupe de joueurs du coup? 

 

Non, je n'en faisais pas parti mais ce sont tous des joueurs qui venaient au club Jeux en Société à Grenoble et la plupart sont des potes. 

 

4)Nous parlerons de poker par la suite alors, mais continuons sur La Radio des jeux.

4 A) Cela a été compliqué pour toi de reprendre l'émission alors qu'elle existait déjà et donc que les auditeurs avaient certaines habitudes ?

Non pas spécialement. J'étais un auditeur fidèle de l'émission et j'avais déjà fait de la radio d'abord l'été quand j'étais lycéen puis pendant 3 ans quand j'étais étudiant j'avais un créneau hebdomadaire de 2 heures sur la radio lyonnaise Radio Brume. J'animais un programme plutôt blues / rock à l'époque et j'adorais ça. 


4 B) Par expérience je sais que réaliser une émission de radio est compliquée, en tout cas si l'on veut que cela donne quelque chose d'intéressant pour l'auditeur, qu'est ce qui te semble pour toi (ou l'équipe) la vraie difficulté ? La préparation ? L'aisance naturelle ? Trouver une cohérence avec l'invité ?

La seule vraie difficulté effectivement c'est la préparation. On se répartit les taches, Frédérick prépare son introduction et les interviews seul, je complète éventuellement à la fin. De mon coté, je rédige mon dossier, mon introduction et le petit texte de fin d'émission.

Après on est plus ou moins bons le jour même et il vaut mieux être en forme pour que l'émission ait la pèche. Des fois ça fonctionne à merveille, des fois moins et ça peut être dû à nous ou aux invités qui sont plus ou moins de bons "clients".

Mais l'enregistrement n'est pas la difficulté, on est je crois assez à l'aise et on s'entend très bien. Le seul point un peu dur pour moi, c'est de faire couler mes dossiers qui sont parfois un peu longs et où ma diction est hachée (pas mal de "euhhh" à l'antenne). Mais j'essaie de progresser.

 

5 A) Comment vous vient l'envie d'ailleurs d'interviewer tel ou tel acteur du monde ludique ?
Par ce qu'il représente dans l'univers du jeu, suivant l'actualité, par une envie commune.. ?


On en discute à 3 avec Fred et Antoine, en fonction des envies, des disponibilités et de l'actualité. On essaie aussi d'équilibrer les différents métiers (auteurs, éditeurs, distributeurs, boutiques ...).

Cette saison on a eu trop peu d'auteurs par exemple. Mais l'actualité est forcément un gros moteur, comme tout le monde nous avons plus envie de discuter avec des gens qui ont une actualité forte pour essayer de connaître l'envers du décor. Je pense que c'est là-dessus qu'on attend la Radio des Jeux.

 

5 B) Sans citer de noms évidemment, y a t-il eu des invités que l'un de vous souhaitait et pas l'autre pour diverses raisons (manque de feeling...) ?

 

Oui ça arrive. La grosse contrainte c'est qu'on soit capable de les interviewer correctement et comme c'est plutôt Fréderick qui s'en charge il faut que ça corresponde à ses envies avant tout.

Et que ça reste du plaisir parce qu'au final réaliser le podcast nous coûte de l'argent (le Tipeee couvre à peine les frais de déplacement).

                                     "Tu vas y répondre à ma question oui ou non!" Reixou lance son regard de tueur

6) L'argent a été l'une des raisons de l'arrêt de l'émission ? Il vous arrive justement parfois d'en avoir marre ou d'être moins motivés ? Qui est le booster dans l'équipe, Antoine ? Chacun son tour ?

 

Là il faudrait demander aux anciens animateurs mais je pense que l'argent n'a jamais été le soucis. Sur la saison dernière et cette saison, en revanche, nous enregistrons à Valence et c'est une vraie contrainte de temps et d'argent pour Frédérick qui vient de Strasbourg. Qu'on puisse lui rembourser ses billets de train est un vrai soulagement, du coup mais ça ne fait pas tout.

 

Je crois que tout le monde booste à son tour mais il faut bien voir qu'Antoine et moi avons moins de contraintes que Frédérick (voir plus haut) qui passe beaucoup d'heures dans le train.

Après quand on réalise une bonne émission (selon nos critères : on s'amuse, on sort des informations intéressantes, etc ...) c'est toujours plus simple que quand on enregistre un truc dont on est moins content. Bref encore une fois la notion de plaisir est la plus importante.

De mon coté je suis toujours hyper motivé, j'ai un grand plaisir à animer ce podcast et avoir des retours des auditeurs est vraiment un énorme moteur. Sans compter que c'est également l'occasion pour moi de passer un week-end avec des gens que j'apprécie énormément : outre Antoine et Frédérick, on a désormais Matthias à l'antenne que je connais depuis de longues années (à Grenoble également) et Ludo Maublanc, Corentin Lebras, Théo Rivière le plus souvent et d'autres qui passent à La Cafetière (où l'on enregistre) au gré des week-end.



 

7) En parlant d'actualité, une question plus personnelle, n'as-tu pas l'impression que de plus en plus le monde du jeu se consacre justement aux nouveautés et ne prend peut-être plus assez le temps de jouer, d'analyser, de prendre du plaisir en laissant le temps aux jeux comme on pouvait laisser la chance aux chansons ?
Les éditeurs le disent, un jeu qui a 6 mois est déjà un vieux jeu.


Je ne note pas d'évolution là-dessus. A part peut-être dans les années 80 où l'offre était vraiment petite, un jeu de 6 mois a toujours été "vieux".

 

Clairement, les jeux ont peu de temps pour convaincre à leur sortie, comme la plupart des autres médias d'ailleurs comme le livre, la BD ou le cinéma. Mais au final, j'ai l'impression que les jeux réussis finissent toujours par trouver leur public, c'est vrai également pour certains jeux sortis un peu dans l'anonymat qui on fait leur trou sur la durée (me viennent les exemples de Galaxy Trucker ou Marco Polo par exemple qui ont fait peu de bruit à leur sortie, il y en a d'autres).

 

Quant à moi, j'oscille entre les deux approches : souvent une frénésie de découverte en particulier après Essen, en fin d'année où un gros paquet de bons jeux sort. Et le reste de l'année je reviens volontiers sur des titres qui m'ont donné envie d'approfondir.

 

Mais je réfute le "c'était mieux avant". On a toujours voulu que ce milieu se développe, plus de publics, plus d'auteurs, plus d'éditeurs, plus de jeux, plus de gens qui peuvent en vivre. C'est un objectif en passe d'être atteint depuis plusieurs années (2010 environ ?), on peut dès lors difficilement râler sur le nombre de jeux qui sortent. Surtout que la qualité moyenne est quand même excellente et constamment en hausse à mon avis.

Mais du coup c'est d'autant plus dur pour les jeux moyens, qui pouvaient peut-être faire leur trou il y a 15 ans et qui n'ont plus cette chance en 2017. Aux éditeurs de faire le tri et de n'éditer que le meilleur.

8) Il y a quelque chose qui était mieux avant... Le monde ludique sans Antoine Bauza !

Plus sérieusement, que souhaiterais-tu nous dire sur Antoine, un mec très gentil malgré ses succès et qui prend des initiatives comme tu le disais de vous aider à remettre La Radio des jeux en marche ou bien de créer la cafetière, atelier de création pour lui, sa femme illustratrice et Ludovic Maublanc ?

Il vaudrait mieux lui poser la question directement.

Je n'ai pas grand chose à dire à part peut-être que je l'apprécie énormément et que je suis fasciné par sa capacité à lancer de nombreux projets dans plusieurs domaines (mais autour du jeux quand même, hein). Plus généralement le noyau dur de La Cafetière (Antoine, Ludovic, Corentin, Théo) s'entend incroyablement bien, ils sont hyper créatifs, je pense que ça va donner de belles choses. En tous cas c'est génial de les côtoyer à chaque week-end où on enregistre.

 

Sur la Radio des Jeux, le support d'Antoine est inestimable, il nous donne la possibilité de rentrer en contact avec des gens auxquels on aurait probablement eu du mal à avoir accès et son support logistique est déterminant (y compris la fourniture du lieu pour enregistrer, un endroit pour dormir, etc.).

 

Je ne vois pas trop quoi dire de plus sur le sujet.

                                                                     Antoine et Reixou

"C'est un bourreau de travail qui vit je pense avec un énorme sentiment d'insécurité"

9)Si tu devais me parler de 2 personnes du monde ludique, l'une pour ses qualités professionnelles et l'autre pour ses qualités humaines, l'un n'enlevant rien à l'autre bien évidemment ?

 

Ouah, c'est bien délicat tout ça. Souvent les qualités professionnelles et humaines se mélangent.

 

Bien parlons de Frédérick qui anime la Radio des Jeux avec moi pour commencer. Comme déjà dit, on s'est rencontré par le jeu et un peu par hasard quand même. On se côtoie finalement assez épisodiquement depuis qu'il vit à Strasbourg, le plus souvent à Cannes ou à Essen et maintenant à chaque week-end d'enregistrement.

Frédérick tient énormément à la Radio des Jeux et à sa qualité générale. Il est attentif à avoir toujours les meilleurs invités et bosse l'air de rien énormément ses interviews.

 

Le second que je choisirais est probablement souvent cité mais il y a de bonnes raisons pour ça et c'est Bruno Cathala.

Professionnellement c'est un bourreau de travail qui vit je pense avec un énorme sentiment d'insécurité qui le pousse à faire toujours plus, à participer à énormément d'événements public (salons, festivals, rencontres ...) alors que ça implique qu'il s'éloigne de sa famille et que son statut actuel pourrait lui permettre de s'en passer. Une anecdote : à Cannes 2017, je le croise à minuit passé, il se rendait à la protozone alors que clairement il était crevé pour présenter à des joueurs des prototypes de ses futurs jeux. De mon point de vue, il aurait pu clairement aller se coucher. Mais lui pensait qu'il le DEVAIT aux joueurs présents sur place.

Humainement, on discute de beaucoup de choses hors jeux quand on se croise et il est attentif à tous.

Il y a une dizaine d'années, alors qu'il avait appris que je traversais des difficultés personnelles et qu'on se connaissait finalement assez peu, il m'avait appelé chez moi pour en discuter et prendre des nouvelles et c'est pour moi un souvenir marquant qui m'a énormément touché.

10 A) D'ailleurs, en tout bien tout honneur, tu es plus roi ou reine ? ;-)

J'ai usé mon Kingdomino qui était le jeu parfait pour le Spiel des Jahres : beau, simple, court mais en restant intéressant.

 

Queendomino, j'ai essayé à Essen et j'ai trouvé ça très très bien mais pour le coup il a le défaut d'arriver après son aîné  (Lapalisse nous voilà) et il va être plus dur à sortir. Bien que ce soit un jeu à part, il se retrouve avec le même problème que beaucoup d'extensions qui sont dures à sortir dès lors qu'au moins un des joueurs ne connaît pas le jeu de base.

10 B) Quel est l'invité que tu as reçu qui t'a le plus marqué et pourquoi ?

 

Peut-être les Space Cowboys avec Croc et Philippe Mouret. 

 

Philippe parce qu'il ne fait jamais d'interviews alors qu'il est dans le milieu depuis toujours, c'était vraiment fantastique de l'avoir.

Croc parce que c'est Croc, un des piliers du monde du jeu en France (JdR, figurines, plateau) à la fois en création et également par ses nombreuses participations à la presse (Casus, Ravage, Trictrac et autres) qui sont toujours hyper agréables à lire et à relire.

Et par le dédoublement qu'il y a entre son attitude assez fermée (craintive ?) en général avec les gens qui comme moi le connaissent peu et le bagout qu'il peut produire en interview et en représentation. Je regarde par exemple assez peu les Tric Trac TV (ça m'arrive) mais celles avec Croc sont quasi toujours les meilleures. Et c'est vraiment le prototype de la personne hyper agréable à interviewer : bagout, humour, culture et un max de répartie.

Et je veux aussi mentionner les Serious Poulp que l'on a reçu lors de la dernière en date : là aussi, pareil, parcours hyper intéressant, de vrais joueurs passionnés et plein de belles histoires à raconter. La passion, ça fait très souvent de bonnes émissions de mon point de vue.

11) Imagine, nous passons une soirée ensemble, propose moi 3 jeux dans le but d'apprendre à se connaître. Ou préfères-tu faire un canular téléphonique à Matthieu d'Epenoux, un verre de Saint Véran à la main ?

 

Contrairement à ce qui est généralement admis, je ne crois pas trop qu'on apprenne tant que ça à connaître les gens autour d'un jeu.

Mais essayons quand même. Pour ça je commencerais peut-être par un jeu coopératif, éventuellement un avec un potentiel problème de joueur alpha (qui prend le leadership pour tout le monde).

 

Plusieurs peuvent convenir mais ça pourrait par exemple être Freedom the Undergroud Railroad ou Le Seigneur des Anneaux de Knizia pour lequel j'ai une tendresse particulière. Ce sont des jeux propices à l'échange et à la discussion.

 

Un jeu de bluff en second, ça pourrait être Coup/Complot ou par exemple Skull. Là aussi la discussion et la diplomatie sont importantes.

 

Et puis je finirais par un jeu un peu plus complexe. Certaines personnes se révèlent dans ce genre de jeu. Ça pourrait être Great Western Trail ou Terra Mystica (ou son pendant récent Gaia Project).

Pas de poker ? Que t'as apporté ce jeu d'ailleurs ?

Le poker c'est l'éclate entre personnes qui y jouent déjà et qui aiment ça. C'est plus compliqué avec des inconnus.

J'y ai beaucoup joué dans les années du boum (Texas Hold Em) entre 2005 et 2008. Je jouais énormément en ligne en multi-tablant sur des Sit n Go 9-10 joueurs (c'est technique !) qui étaient ma spécialité.

 

J'avais énormément bossé sur le fonctionnement et les maths de ces tournois à 1 table qui suivent une logique très particulière et ça me permettait de compléter mes fins de mois tout en prenant énormément de plaisir. Mais c'est TRES chronophage et c'était pas forcément très agréable pour mon entourage (quand tu joues 8 tables en simultané, tu n'es pas très disponible).

 

Sinon tous les mois j'organisais un tournoi "live" chez moi. On avait appelé ça le Brignoud Poker Tour (Brignoud c'est le village ou j'habite) et c'était l'occasion de passer une grande soirée bière / poker dans une excellente ambiance. Fred, Antoine et Matthias (qui chronique désormais dans la Radio des Jeux) étaient parmi les habitués de ces soirées qui nous ont tous laissé un excellent souvenir je crois.

Aujourd'hui je ne joue plus du tout (disons 1 fois par an quand l'occasion se présente).

                                    Une proposition de Heads-up? 

 

 

12) Définis, s'il te plaît, en un mot chacun, ces personnalités du monde ludique 

Je ne les connais pas tous. 

 

Antoine Bauza : moteur. (m)auteur ? 

Ludovic Maublanc : créatif

Frédérick : ami

Gaetan : je ne le connais vraiment pas assez.

Philippe des Pallières : ours

Natacha Deshayes : en dehors de l'interview, je la connais aussi très peu.

François Haffner : collectionneur

Matthieu d'Epenoux : entrepreneur

Monsieur Phal : ego

Olivier Chanry : j'ai été obligé de chercher qui c'était (en fait le boss d'Asynchron). Je ne le connais pas du tout.

Olivier Reix : passionné

 



13) Pourrais-tu nous parler d'un auteur ou d'une œuvre importante à tes yeux, que ce soit en littérature, théâtre, cinéma, jeu etc... que tu souhaiterais faire découvrir ou redécouvrir à mes lecteurs ?
 

Je lis peu de Fantasy mais je viens de finir tout un cycle de 6 bouquins de Joe Abercrombie et je les recommande sans limites. Sur les 6, il y a une trilogie "La première Loi" et 3 autres romans qui se déroulent dans le même univers où on retrouve certains personnages de la trilogie. Je crois que j'ai encore préféré ces 3 suites à la trilogie originale. Les personnages sont forts, il y a énormément de cynisme et d'humour dedans et ça se lit tout seul. C'est une belle claque, je suis un peu triste de l'avoir fini.

 

En polar, il y a un trio d'auteurs magiques assez similaires dont j'essaie de tout lire : Donald Westlake, Carl Hiassen et Elmore Leonard . Le style, c'est du polar déconnant, en général. Pour commencer, je dirais "Que d'eau" chez Westlake avec Dortmunder un de ses personnages emblématiques (ou Kahawa qui est plus un roman d'aventure), "Cousu Main" de Hiassen et par exemple Zig Zag Movie / Get Shorty chez Leonard.

Vous pouvez aller lire les bouquins d'un de leur pendant français, l'excellent Laurent Chalumeau ("Kif" par exemple, c'est comme le titre l'indique).

 

En BD je dirais : * tout Larcenet évidemment : Blast, mais aussi Retour à la terre, Nick Houmouc, Le Combat Ordinaire ... en fait tout est bon.

 

* Chez Fab Caro, prévoyez d'énormes barres de rire avec Zai Zai Zai Zai ou Z comme Don Diego (ça ne plaît pas à tout le monde mais ça m'éclate).

 

* J'en avais parlé à la Radio des Jeux mais "Mon Ami Dahmer" de Derf Backderf est une BD qui m'a retourné (l'adolescence d'un serial killer par un de ses camarades de classe). Ses 2 autres BDs sont aussi excellentes. Je vais arrêter là sinon je vais écrire un pavé.

14) Sans dire son nom, il y a quelqu'un que vous avez regretté d'avoir invité à la Radio des jeux ?

 

Pas de mon coté, non. 

Mais l'avant-dernière émission, on avait 4 invités et on a pu constater que c'était trop, je pense qu'on ne l'a pas très bien géré.

 

2 interviewers et 2 interviewés c'est le bon format à notre avis. On a eu 2 fois un invité unique (Phal & Nicolas Benoit d'Asmodee) et ça se tenait parce que ce sont des gens qui ont du bagout et énormément de choses intéressantes à dire. Mais ça nous gène un peu, on trouve que 2 contre 1, ça donne un petit coté tribunal avec lequel nous ne sommes pas à l'aise.

15) Le jour où tu devras quitter le monde du jeu, d’une manière ou d’une autre, que souhaiterais-tu que l’on retienne de toi professionnellement mais surtout humainement ?

 

Honnêtement, rien. Je ne suis ni un auteur, ni un éditeur qui sont ceux qui font avancer la machine.

Je suis juste un joueur parmi d'autres qui essaie de comprendre et de faire comprendre comment fonctionne cette industrie.

16) C'est malheureusement la fin de cet entretien, Reixou, en prenant en compte ta vie professionnelle et personnelle es-tu heureux ?

 

Professionnellement moyennement heureux, personnellement relativement heureux.

Et super heureux de vous retrouver à la prochaine Radio des jeux.

Mr F. Faic est un professionnel souhaitant garder l'anonymat et posant chaque semaine une question à mes invités. 
 

 

Bonjour cher Reix, il se dit dans notre beau petit monde du jeu que vous faites de la radio parce que vous êtes moche moche moche sinon vous auriez fait une chaîne youtube comme tout le monde. Mais comme j'ai reçu mon code civil de personne qui a le droit de vivre en société je vais respecter l'article 4 alinéa 53 du susdit code, à savoir "on a dit pas le physique".

 

Sauf que, a l'instar des juifs qui ont une dérogation pour les blagues antisémites, les noirs pour les blagues racistes et les gays pour les blagues homophobe, il faut reconnaître que dans le monde du jeu, il y a une majorité de gens qui auraient le droit de se moquer du physique... mais... passons.

 

Ma question est la suivante : ne pas avoir d'images ça a dû donner des situations cocasses comme avoir comme seule réponse à votre question la mine votre interlocuteur qui vous regarde affolé comme un lapin surpris par les phares de ma BMW et vous supplie, alors, en langue des signes, de mettre fin à ses jours... ou de changer de sujet. Balancez !

 

On vous a déjà incité à la censure courtoise et bon enfant de notre joyeux bord--- heu monde du jeu?  

 

Bonjour Mr F. Faic.

 

Alors je suis pas caché caché quand même, en particulier à chaque émission nous diffusons des images de nos physiques avantageux et de ceux de nos invités.

Sinon dans l'ensemble on essaie d'éviter ce genre de situation mais clairement dans les émissions il y a des questions où les invités éludent ou ne souhaitent pas répondre.

 

Pour le cas que tu cites (panique à bord), nous l'avons eu une seule fois depuis que je suis à la radio sur une question très précise et mal tournée de notre part où l'interlocuteur ne pouvait pas légalement répondre (confidentialité, tout ça) sans mettre en danger son activité, ni éluder. Ce n'était pas super agréable à vivre ni pour lui ni pour nous.

 

En dehors de ça, oui, il y a des questions qui parfois dérangent, elles peuvent provoquer un petit blanc à l'antenne généralement donc ça "s'entend", même si ça ne se voit pas.

Suite à la question à Mr Faic j'aurais moi-même une question, Vous a t-on, comme on a pu me le demander pour mes entretiens, demandé « gentiment » d'être invité à la Radio des jeux ? Et qu'avez vous répondu?

 

Pas tant que ça. Mais oui on a eu des sollicitations, certaines qu'on a relancé assez vite parce que ça collait. D'autres qui se feront plus tard.

En tous cas rien d'agressif, mais ce n'est pas comme si on était un média dominant.
En tous cas, à ce jour, on est tous bien contents d'embrayer bientôt pour la saison 8.


Merci Reixou pour ta disponibilité

La semaine prochaine mon invité cherchera Minus... 

 

Pour ceux qui souhaiteraient soutenir mes entretiens, voici ma page tipeee,  même un petit geste fait plaisir et vous pourrez contribuer à d'autres interviews réalisés sur des festivals (Cannes, Paris est ludique, Essen...) : 

Ma page Tipeee 
 

Merci à mes Tipeeeurs de me soutenir  : Arnaud Urbon, Bruno Faidutti, Emilie Thomas, Nicolas Soubies ,Virgile De Rais  et Pierre Rosenthal! 

 

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir les précédents entretiens, mes animations ou suivre ma page facebook  : 

http://www.facebook.com/jeuxviensavous/


 

Saison 1

Yves Hirschfeld
Benoit Forget
Bruno Faidutti 1ère partie
Bruno Faidutti 2ème partie
Naiade
François Haffner 1ère partie
François Haffner 2ème partie
Pierô Lalune
Timothée Leroy
Mathilde Spriet
Sébastien Pauchon
Tom Vuarchex
Vincent Dutrait 1ère partie
Vincent Dutrait 2ème partie
Christophe Boelinger 1 ère partie 
Christophe Boelinger 2ème partie
Régis Bonnessée
Roberto Fraga 1ère partie
Roberto Fraga 2ème partie
Cyril Demaedg
Bruno Cathala 1 ère partie
Cyril Blondel
Bruno Cathala 2ème partie
Yahndrev 1ère partie
Yahndrev 2ème partie
Emilie Thomas
Sebastien Dujardin
Florian Corroyer
Alexandre Droit
Docteur Mops 1ère partie
Docteur Mops 2ème partie
Arnaud Urbon
Croc

Martin Vidberg
Florent Toscano
Guillaume Chifoumi
Nicolas Soubies
Juan Rodriguez 1ère partie
Juan Rodriguez 2ème partie
Bony
Yannick Robert
Docteur Philippe Proux
Franck Dion 1ère partie
Franck Dion 2ème partie
Franck Dion 3ème partie
Yoann Laurent
Carine Hinder et Jerôme Pélissier
Dominique Ehrhard
Christian Martinez
Maxime Savariaud
Véronique Claude
Shadi Torbey


  

Saison 2 

Fabien Bleuze
Serge Laget
Djib 1ère partie
Djib 2me partie
Florian Sirieix
Farid Ben Salem 1 ère partie
Farid Ben Salem 2ème partie
Julien Lamouche
Jean-Louis Roubira 1ère partie
Jean-Louis Roubira 2ème partie
Philippe des Pallières 1ère partie
Philippe des Pallières 2ème partie
Julian Malgat Tome 1
Philippe Tapimoket 1ère partie
Philippe Tapimoket 2ème partie
Théo Rivière

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now