Jeux Viens à Vous Julien Sentis

Voici enfin la 4 ème saison des interviews de Jeux Viens à Vous! 
En effet, après 88 interviews d'invités du monde ludique, j'ai décidé de prendre du recul et un peu plus mon temps afin de publier probablement l'ultime saison de mes entretiens. 
Au fil des saisons, les entretiens se sont ancrés dans la réalité du monde actuel et pas seulement sur des questions ayant attrait au monde ludique comme le font la majorité des autres médias ludiques. Mes invités s'expriment  sur leur vie personnelle intimement liée à leurs créations, aux événements actuels et à des sujets graves comme la pauvreté, la pollution ou la liberté d'expression. 
Cette saison s'inscrit dans le même processus, ne pas rester figer au monde ludique car cela n'a que peu d'intérêt au final, en tout cas pour moi. 

Le premier invité de cette saison est un personnage plutôt discret et simple du monde ludique. Julien Sentis, instituteur, est auteur de jeux depuis une dizaine d'années, il a même tenu un gîte ludique durant quelques années. 

Julien Sentis c'est une vraie touche personnelle, des jeux que l'on remarque de part leur particularité essentielle : Julien aime nous compliquer la vie! 
Que ce soit avec Déclic ou Stay cool sa dernière création édité chez le Scorpion Masqué, il aime mettre en difficulté notre cerveau mais pour la bonne cause : Le Rire! 

Avec Julien nous parlons de son métier d'enseignant, de la citoyenneté et du non engagement politique dans le monde ludique, de Crépuscule de Juan Branco, de François Haffner une référence pour lui, de Collapsologie et du possible effondrement de notre société actuelle, de préhistoire et même de cinéma... 



 

1) Julien, bonjour, aurais-tu la gentillesse de te présenter ?

 

Bonjour. Je m'appelle Julien Sentis. J'ai 42 ans. Je suis professeur des écoles en Dordogne. Je suis divorcé et j'ai deux enfants de 14 et 12 ans. Je vis maintenant avec Anaïs avec qui je partage ma passion pour le jeu.

Avant d'être dans l'enseignement, j'ai fait des études de Préhistoire à Toulouse où j'ai obtenu une maîtrise. A 30 ans, je me suis rappelé que j'adorais les jeux de société, étant enfant et adolescent.

Deux ans plus tard, j'ai eu envie d'égayer ma journée d'anniversaire et j'ai essayé de créer un jeu de société. Ce jeu s'appelait "Ambidextre" et il a, de suite, fonctionné avec ma famille et mes amis. Nous avons enchaîné les parties et, de fil en aiguille, est venue l'idée de le proposer à des éditeurs. Ce jeu a été édité par Ferti sous le nom de "Déclic !?" !!! C'est comme ça que mes créations ludiques ont débuté.

 

 

 

2) Que signifie le jeu pour toi, le fait de jouer mais également le fait de faire jouer ? 

 

Le jeu est une formidable source de plaisir pour moi.

 

J'adore jouer et je joue partout et tout le temps. Je joue, bien entendu, avec ma famille et mes amis avec tout type de jeux. Je joue en classe en utilisant très souvent des jeux de société (j'ai des élèves de maternelle depuis près de 10 ans), mais je joue aussi avec eux en leur disant des blagues, en leur faisant des tours de magie...

Je ne passe pas une récréation sans jouer au football, au hockey, à l'épervier ou à chat glacé avec les élèves !!! Et j'adore ça !!!

 

Je prends aussi énormément de plaisir à faire découvrir des jeux de société aux autres, surtout avec des personnes qui ne jouent jamais. J'adore, notamment, qu'une personne me dise qu'elle n'aime pas jouer mais que, sous l'insistance de son enfant, elle finisse par s'asseoir devant une table de jeu... puis qu'elle joue pendant des heures en finissant par noter les références des jeux de société.

 

Comme le dit François Haffner, le monde du jeu est tellement riche et varié qu'il y a toujours un jeu susceptible de plaire à quelqu'un. Mais, encore plus que tout, je crois que je préfère créer des jeux. Je prends un plaisir fou à chercher des mécanismes, à utiliser tel ou tel objet ou à chercher quelle bricole changer pour améliorer un jeu de société. Et, je dois être un peu bizarre aussi mais j'adore rédiger les règles de jeux en essayant de trouver les mots pertinents pour que la règle soit la plus limpide possible.

 

Attention, hein, je dis que j'adore mais je ne dis pas que j'y arrive bien !!!   ;)

 

"Pour moi, l'enseignement c'est l'art d'ouvrir les yeux sur le monde aux enfants."

 

3) Pourrais-tu nous parler de ton métier d'instituteur que l'on appelle professeur des écoles ? Que signifie pour toi l'enseignement ? 

 

C'est drôle, en général, quand je me présente aux gens en parlant directement, je dis toujours « instit » et pas « professeur des écoles » ! :-)

 

Je trouve tellement plus beau « instit »... Pour moi, l'enseignement c'est l'art d'ouvrir les yeux sur le monde aux enfants. C'est réussir à doser la pichenette pour aider un enfant. C'est remettre en doute leurs certitudes. C'est leur apprendre à devenir autonomes. C'est respecter les autres.

 

L'enseignement, c'est aussi des rencontres, chaque année. Souvent belles, parfois compliquées... Je me rends compte de la grande chance que j'ai d'enseigner dans une petite école de campagne... Mais la médaille a son revers. Qui dit école rurale en Dordogne, dit nombreuses fermetures de classe chaque année.

 

Ambidextre, prototype de Déclic
 

 

"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait."


 

4) « L'art d'ouvrir les yeux sur le monde aux enfants, remettre en doute leurs certitudes, leur apprendre à devenir autonomes » Est-ce que cela ne va pas à l'encontre de ce souhaite les institutions actuelles pour son peuple en lui demandant d'obéir et d'écouter sans réfléchir ce qu'on lui insuffle comme la vérité?

 

Un écolier est un futur citoyen. Le rôle de l'école est, aussi, d'aiguiser le sens critique des élèves face à des situations diverses. Je ne sais pas si les institutions actuelles cherchent à rendre le peuple docile mais je suis persuadé qu'il est nécessaire d'aider les élèves à élaborer des analyses en prenant du recul.

 

Et cela me paraît encore plus important depuis Internet. Nous sommes constamment bombardés d'images (retouchées ou non), de vidéos (pas toujours adaptées aux enfants), d'informations (vraies ou fausses) qu'il est primordial de se faire son propre avis. Combien de fois on entend à l'école "C'est vrai parce que je l'ai vu à la télé." !!!

 

Et puis cela me paraît important, aussi, de ne pas toujours suivre le troupeau de moutons.

 

Je le dis souvent à mes élèves : "Lui, il a dit ça. Et toi, qu'en penses-tu ?" Je trouve important de se forger son propre avis et d'oser penser différemment, si l'on en éprouve le besoin.

 

J'adore , par exemple, la phrase suivante de Mark Twain : "Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait."

 

 

5) Dis Julien, c'est quoi un citoyen ?

 

J'ai l'impression d'être à l'école ! ;-)

 

Je dirais qu'un citoyen est une personne qui connaît les droits et les devoirs de son pays, qui les respecte mais qui est aussi capable de se forger sa propre opinion en gardant un esprit critique.

Mais je crois qu'on s'éloigne un peu du jeu, là...:-)

 

 

C'est vrai...

 

 

6) Dans Contre le théâtre politique, Olivier Neveux explique qu'on demande au théâtre actuel du vivre ensemble, de parler de politique et non de parler politique. Actuellement, le jeu se veut comme un art mais on ne voit pas de vraie pensée politique dans le monde ludique, aucun éditeur ne s'engage réellement de manière forte avec une œuvre dérangeante.

 

6 A) Je vais me faire l'avocat du diable mais le jeu de société actuel ne serait t-il pas le produit de consommation idéal permettant d'occuper les masses alors que le cinéma, la musique ou la littérature osent parfois des critiques ou des idées différentes ?

 

6 B) Si le jeu se veut être un art véritablement, ne doit-il pas sortir de sa tour d'argent et se risquer à plus qu'il n'est actuellement ou de par sa mécanique essentielle à son œuvre n'est t-il pas bloqué à tout jamais à rester une œuvre différente ?

 

J'avoue n'avoir jamais réfléchi à ça... Je ne sais pas trop quoi répondre... Il est vrai que le jeu de société ne me semble pas politiquement engagé... Il faudrait chercher précisément, peut-être que certains titres le sont... Personnellement, je prends le jeu comme un moment de plaisir et de partage avec d'autres personnes... Un moment de légèreté dans ce monde de brute. :-) Mais si tu as une idée brillante de jeu de société engagé, fonce !!! ;-) Je n'ai pas cette prétention !

 

 

 

7) En parlant de ce monde de brutes, Juan Branco explique dans Crépuscule que les classes dirigeantes ne se construisent plus par une culture plus importante mais simplement par une simple cooptation, une reconnaissance des codes et des comportements, des mœurs, des attitudes, d'une manière de s'exprimer semblable que n'auront pas les non initiés et cela dès la maternelle dans des établissements ultra privés.

 

7 A) En tant qu'instituteur, ne crois-tu pas que les missions officielles d'ascenseur social données à l'éducation nationale ne sont en fait qu'un brouillard permettant de garder un système verrouillé par les élites ?

 

7 B) Comment perçois-tu les inégalités déjà existantes en maternelle entre tes élèves et comment essayes-tu d'atténuer ce processus de sélection ?

 

Je préfère garder ma naïveté et croire que l'éducation nationale fait de son mieux pour donner sa chance à chacun. Dès l'école maternelle, les enseignants vont chercher à tirer vers le haut tous les élèves en adaptant les activités proposées. Certes, dès la première année de maternelle, on constate des différences parfois très importantes entre les élèves.

 

Entre celui qui lance le dé et qui avance son pion du bon nombre de cases et celui qui lance le dé... au fond de la classe car il n'a jamais croisé un jeu de société de sa vie... ce n'est pas tout à fait la même chose !

A nous, instits, de tenter d'intéresser les élèves pour leur faire acquérir des compétences. Et, personnellement, j'utilise beaucoup les jeux de société en classe pour cela !

 

Pour moi, une journée de classe est réussie quand l'enfant dit à ses parents le soir qu'ils n'ont fait que jouer à l'école. Ça veut dire qu'il a pris du plaisir et qu'il ne s'est pas rendu compte qu'il a beaucoup travaillé !

 

 

 

8) Tu sembles tout ramener au jeu. Tu as d'ailleurs ouvert il y a quelques années un gîte ludique je crois bien. Celui-ci est-il encore ouvert et souhaiterais-tu nous parler de cette aventure?

 

En effet, mon ex-femme et moi avons eu un gîte ludique. En fait, ce projet n'était pas du tout prévu au départ. Nous étions propriétaires d'une maison et, un jour, les propriétaires du gîte saisonnier en face nous ont annoncé qu'ils le mettaient en vente. Il faut savoir que nos deux maisons n'étaient distantes que de 6 mètres. Donc très, très, proches ! Nous avions acheté une maison au fin fond de la Dordogne pour être au calme et nous ne voulions pas prendre le risque d'avoir des voisins à l'année aussi proches. Alors, on a décidé de se serrer la ceinture et de racheter le gîte. Et il a fallu le louer pour s'en sortir financièrement. Puis, de fil en aiguille, on s'est dit que, quitte à avoir des locataires, autant avoir des joueurs.

D'où l'idée d'ouvrir un gîte ludique, comme François Haffner avec son Escale à Jeux (toute proportion gardée au niveau de la collection de jeux, bien entendu !!!). J'ai donc mis ma collection de 250 jeux à disposition des locataires. Mais notre gîte était évidemment ouvert à tous, joueurs ou non.

Or, il se trouve que le gîte a bien plus été loué par des touristes classiques que des joueurs. J'y ai quand même fait de belles rencontres de joueurs avec qui j'ai passé quelques soirées autour de plateaux de jeux. J'ai fait aussi découvrir le monde du jeu à certains néophytes... qui sont devenus passionnés à la fin de leur séjour ! C'est quelque chose que, encore une fois, j'apprécie beaucoup ! Le gîte est resté ouvert jusqu'à notre divorce où  nous avons tout vendu.

 

Une page s'est tournée...

La version définitive de Déclic

 



9) Pourrais-tu nous parler de deux personnes du monde ludique, l'une pour ses qualités professionnelles, et l'autre pour ses qualités humaines, l'un l'enlevant rien à l'autre et vice versa ?

Le milieu du jeu est, en règle générale, un milieu où l'on rencontre des personnes très sympathiques. Je pourrais donc citer de nombreuses personnes que j'apprécie beaucoup. Mais il faut faire un choix et je vais donc rester sur ma première idée. Il se trouve que les deux ont des qualités humaines et professionnelles.

 

Je commencerai par Cédric Huet, le boss de Ferti. Cédric est la première personne qui m'a ouvert le monde du jeu en souhaitant éditer "Ambidextre", plus tard sorti sur le marché sous le nom de "Déclic !?". J'ai beaucoup apprécié les très nombreux échanges de mails lors du développement du jeu. C'est une personne qui est à l'écoute, avec qui on peut très facilement discuter.

A ce jour, Cédric m'a fait confiance sur 7 jeux (Déclic, Déclic Family, Déclic Evolution, Copyright, Tu Préfères, Tu Préfères Family et Boost) et je l'en remercie énormément ! Il m'a accueilli plusieurs fois dans ses locaux bordelais et m'a fait la visite de son entrepôt. C'est une personne qui connaît et aime vraiment son métier. Il n'y a qu'à l'écouter parler de toutes les étapes de fabrication du Crokinole qui est entièrement réalisé dans son atelier !!!

 

La seconde personne est François Haffner (encore !!! je crois que c'est la 3ème fois que le cite, non ?!). François, c'est la référence ludique absolue pour moi. Son incroyable collection de jeux (plus de 8 000 au moment où j'écris ces lignes) est une formidable ressource pour les auteurs comme moi.

C'est très simple : on trouve une idée, on commence à la créer et... on va de suite voir si un jeu similaire ou trop proche existe sur "Escale à Jeux". Son système de recherche multicritères est extrêmement précis et il permet très rapidement de trouver l'information que l'on souhaite. J'ai eu la chance de rencontrer François plusieurs fois, notamment chez lui. J'ai découvert une personne cultivée, remplie d'humour et très humaine.

 

Donc, Cédric et François, je vous dis "merci" !!!

 

 

 

10) Tiens, explique nous d'ailleurs ta manière de travailler avec les éditeurs... Tu contactes en priorité Ferti ? Tu élabores plutôt des jeux qui iraient d'abord dans leur gamme ? Quels échanges avez-vous ensemble ? 

 

Je ne crée absolument pas de jeux en fonction de tel ou tel éditeur. Je crée un jeu en fonction de l'inspiration due à un matériel particulier, à un dessin qui m'a interpellé, à une idée de mécanisme, à une phrase entendue... Une fois que je considère le jeu comme abouti et présentable aux éditeurs, je réalise toujours une vidéo explicative du jeu suivie d'extraits de parties. Et j'envoie cette vidéo, en même temps, à plusieurs éditeurs. Bien entendu, j'essaye de cibler les éditeurs en fonction du jeu que j'ai créé. Je n'ai pas proposé "Rallye Photo" à Libellud, par exemple !   ;)   

 

En règle générale, je signe avec le premier éditeur qui me dit "oui".

 

Aucun éditeur n'a la priorité. Ni Ferti, ni personne. La différence, c'est que Cédric Huet consulte ses mails un peu plus souvent peut-être... et, notamment, le dimanche soir !!! C'est comme ça qu'il a réussi à signer "Boost" avec moi, par exemple. Et, parfois, ça se joue à quelques heures près !

 

Mais, souvent, évidemment, ça ne se joue pas du tout car les éditeurs refusent le projet ou ne répondent tout simplement pas ! A chaque fois, j'ai eu beaucoup de chance et ma collaboration avec les éditeurs s'est toujours très bien passée, que ce soit avec Ferti, Visa-Jeux, Cocktail Games, Sofa Games, Blackrock Games ou Le Scorpion Masqué.

 

J'ai dialogué avec des personnes ouvertes aux propositions pour améliorer le jeu, pour changer une couverture ou choisir un nom de jeu plus pertinent. On se fait des échanges de mails, de photos ou l'on organise des discussions vidéos et c'est, le plus souvent, très constructif. Le développement d'un jeu est un moment qui me plaît beaucoup... notamment lorsqu'on découvre le premier visuel de la couverture ! Et, je n'ai aucun souci avec un changement de thème, de règle ou de nom, tant que c'est pour améliorer l'édition du jeu.

L'équipe du Scorpion masqué présente Stay cool, la dernière création de Julien Sentis

11) Y a t-il un sujet que nous n'avons pas évoqué et dont tu souhaiterais nous parler ?

 

De préhistoire !!!

 

La préhistoire est ma première passion et, notamment, l'art paléolithique. Comme je l'ai dit au début de l'interview, j'ai suivi des études dans ce domaine jusqu'à la maîtrise. Mon sujet était un sujet de rêve pour un étudiant : l'étude de gravures paléolithiques que... j'ai découvertes dans une grotte du Lot !

J'ai réalisé mon rêve de gosse à 21 ans : découvrir une grotte ornée !!! Le truc totalement improbable dans une vie !

 

"Quel est le rapport avec les jeux ?", vas-tu de me demander...

 

J'y viens : passionné de préhistoire et de jeux de société, il était logique que je crée un jeu sur la préhistoire (mon jeu préféré est, d'ailleurs, "L'Age de Pierre", de Bernd Brunnhofer). Je m'y suis essayé plusieurs fois... en vain. Tout ça pour dire que je me suis rapidement rendu compte que je n'étais pas programmé pour inventer des jeux à partir d'un thème.

 

A chaque fois que j'ai tenté l'aventure, je n'ai jamais abouti, que ce soit sur le thème de la préhistoire ou non. Je sais que d'autres auteurs, comme Bruno Cathala ou Antoine Bauza (pour ne citer que ces deux immenses auteurs) y arrivent très bien, mais moi, je bloque. Ce n'est pas mon truc... à mon grand regret. Moi, je pars d'une mécanique ou d'un matériel particulier, jamais d'un thème.

"Je ne suis vraiment pas très confiant dans l'avenir de notre monde..."

 

 

12) Tu habites une magnifique région, la Dordogne.

L'association Adrastia ( http://adrastia.org ) explique que nous avons avons dépassé le seuil de non retour en terme de dégâts écologiques, Ludovox publiait il y a quelques semaines un article sur la pollution engendrée par les jeux de société (réalisation, transport...) ainsi que les croisières ludiques proposées depuis peu. Est-ce qu'au final ne vendons-nous pas notre moral en choisissant la production chinoise pour réussir financièrement ou afin d'avoir du choix de jeux en tant qu'animateur ou joueurs, tout en ayant à côté un discours écologique qui ne tient du coup plus la route ?

 

Il est évident que l'écologie est le problème n°1 au monde et qu'il est en train de submerger les espèces animales et végétales sur la planète !

Je n'avais pas encore lu cet excellent article de Ludovox sur la pollution due aux jeux de société.

 

Que dire ? Si ce n'est d'encourager les actions vertes des éditeurs comme celles des Jeux Opla et Bioviva. Mais je ne suis vraiment pas très confiant dans l'avenir de notre monde...

 

 

L'interview de Pablo Servigne, membre d'Agrasta et créateur de la collapsologie qui est le concept de l'effondrement actuel des sociétés peut donner peut être plus d'information que l'article en lui-même.


https://www.youtube.com/watch?v=5xziAeW7l6w

Pourquoi n'est-tu pas confiant ?


Nous sommes une espèce en surpopulation. Nous consommons beaucoup trop. Nous polluons en quantités gigantesques. Nous détruisons chaque jour la biodiversité...

Quelques graphiques valent souvent mieux qu'un long discours...

Tu me donnes un graphisme sur l'évolution de la population mondiale. Tu es pour une limitation des naissances ?

 

D'un point du vue strictement biologique, au niveau de l'espèce humaine, oui. D'un point de vue éthique, évidemment non. Vaste problème... Le nombre d'êtres humains sur la Terre augmente de façon vertigineuse chaque année.

 

Des êtres humains qui doivent manger et boire pour vivre. Le problème, c'est que les ressources ne sont pas illimitées, c'est le moins qu'on puisse dire...

Mais arrêtons-nous là sur ce sujet, si tu veux bien...

 

J'ai l'impression que c'est difficile pour toi de parler d'autre chose que de jeux, bien que les entretiens Jeux viens à vous n'en parlent pas beaucoup…

Le jeu c'est ta manière de t'exprimer publiquement ou c'est une volonté de ta part de ne parler que de sujets ludiques de manière publique?

 

Disons que je me sens beaucoup plus à l'aise pour parler de jeux de société plutôt que de politique...

 

Les sujets que tu abordes sont très intéressants mais je n'ai pas forcément envie d'en parler publiquement en détails...

 

 

13) Pourrais-tu alors nous parler d'un auteur ou d'une œuvre importante à tes yeux, que ce soit en littérature, théâtre, cinéma, jeu etc... que tu souhaiterais faire découvrir ou redécouvrir à mes lecteurs ?

 

Avec grand plaisir ! Je vais te parler de mon film préféré !

 

Attention, en général, quand je dévoile le titre du film, les gens me regardent avec des grands yeux ronds interrogateurs ! Et pourtant, que j'aime ce film !!! C'est bien simple, à chaque fois que je le regarde, je ris, je pleure, je suis ému en permanence... C'est un film que j'ai vu au cinéma, à sa sortie, en 1996. J'en suis ressorti bouleversé  ! Il a été réalisé par Coline Serreau.

 

Et ce film, c'est... (roulements de tambour) : "La Belle Verte" !!!

 

En quelques mots, c'est une critique très intelligente de la société. C'est hyper bien vu, drôle, sarcastique et...   terriblement d'actualité!

 

Les deux acteurs principaux sont Coline Serreau (la réalisatrice) et Vincent Lindon (que j'adore !). Et il y a aussi Marion Cotillard, Claire Keim et Francis Perrin. C'est un film qui fait réfléchir, c'est un film qui fait du bien !

 

 

14) Le jour où tu devras quitter le monde du jeu, d’une manière ou d’une autre, que souhaiterais-tu que l’on retienne de toi professionnellement mais surtout humainement ?

 

"Ah oui, c'est le type qui a eu l'As d'Or en 2021 !" ;-)

 

Non, très sérieusement, je n'attends pas grand chose sur ce que les gens pourraient retenir de moi. S'ils pouvaient passer encore un peu de bon temps avec certains de mes jeux, ça me comblerait !!!

 

J'aimerais aussi qu'on se rappelle du plaisir que j'éprouve à faire découvrir les jeux de société aux gens. Et je crois que tu es très bien placé pour me comprendre... 

Phase de création. Image France 3 Périgord


 

15) Julien, c'est malheureusement la fin de cet entretien. En prenant en compte ta vie professionnelle et personnelle, es-tu heureux ? 

 

J'ai un métier qui me plaît, avec des collègues, des parents d'élèves et des élèves qui sont, pour la très grande majorité sympathiques.

J'ai deux enfants que j'adore et je me sens très bien avec ma compagne... Je suis entouré d'amis. Je crée et je joue beaucoup.

 

Alors, franchement, oui, je suis heureux !!!

Merci Julien pour ta gentillesse.

Le blog de Julien Sentis : http://leblogdejuliensentis.blogspot.com


 

Pour ceux qui souhaiteraient soutenir mes entretiens, voici ma page tipeee,  même un petit geste fait plaisir et vous pourrez contribuer à d'autres interviews réalisés sur des festivals (Cannes, Paris est ludique, Essen...) : 
 

Ma page Tipeee 
 

Merci à mes Tipeeeurs de me soutenir  : Arnaud Urbon, Bruno Faidutti, Emilie Thomas, Nicolas Soubies ,Virgile De Rais, Pierre Rosenthal, et Ludikam! 

 

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir les précédents entretiens, mes animations ou suivre ma page facebook  : 

http://www.facebook.com/jeuxviensavous/


 

Saison 1

Yves Hirschfeld
Benoit Forget
Bruno Faidutti 1ère partie
Bruno Faidutti 2ème partie
Naiade
François Haffner 1ère partie
François Haffner 2ème partie
Pierô Lalune
Timothée Leroy
Mathilde Spriet
Sébastien Pauchon
Tom Vuarchex
Vincent Dutrait 1ère partie
Vincent Dutrait 2ème partie
Christophe Boelinger 1 ère partie 
Christophe Boelinger 2ème partie
Régis Bonnessée
Roberto Fraga 1ère partie
Roberto Fraga 2 ème partie
Cyril Demaedg
Bruno Cathala 1 ère partie
Cyril Blondel
Bruno Cathala 2ème partie
Yahndrev 1ère partie
Yahndrev 2ème partie
Emilie Thomas
Sebastien Dujardin
Florian Corroyer
Alexandre Droit
Docteur Mops 1ère partie
Docteur Mops 2ème partie
Arnaud Urbon
Croc
Martin Vidberg
Florent Toscano
Guillaume Chifoumi
Nicolas Soubies
Juan Rodriguez 1ère partie
Juan Rodriguez 2ème partie
Bony
Yannick Robert
Docteur Philippe Proux
Franck Dion 1ère partie
Franck Dion 2ème partie
Franck Dion 3ème partie
Yoann Laurent
Carine Hinder et Jerôme Pélissier
Dominique Ehrhard
Christian Martinez
Maxime Savariaud
Véronique Claude
Shadi Torbey
  

Saison 2 
 

Fabien Bleuze
Serge Laget
Djib 1ère partie
Djib 2me partie
Florian Sirieix
Farid Ben Salem 1 ère partie
Farid Ben Salem 2ème partie
Julien Lamouche
Jean-Louis Roubira 1ère partie
Jean-Louis Roubira 2ème partie
Philippe des Pallières 1ère partie
Philippe des Pallières 2ème partie
Julian Malgat Tome 1
Philippe Tapimoket 1ère partie
Philippe Tapimoket 2ème partie
Théo Rivière
Reixou
Nicolas Bourgoin
Natacha Deshayes
Gary Kim 
Emmanuel Beltrando
Tony Rochon

Thierry Saeys
Lia Sabine
Igor Polouchine 1ère partie
Igor Polouchine 2ème partie
Bernard Tavitian
Marcus 1ère partie
Marcus 2ème partie
Gaetan Beaujannot
Jean-Michel Urien
Michel Lalet 1ère partie
Michel Lalet 2 ème partie
Michel Lalet 3ème partie
Christophe Raimbault
Gaelle Larvor / Nam-Gwang Kim
Stefan Feld


Saison 3

Catherine Watine
Jean-François Feith
Nadine Seul 1ère partie
Nadine Seul 2 ème partie
Guillaume Lemery 1 ère partie
Guillaume Lemery 2 è me partie
Jérémie Fleury Tome 1
Aurore Matthey
Richard Garfield
Rémi Amy
Eric Jumel
Hadi Barkat
Roméo Hennion
Clément Leclercq
Blaise Muller
Claude Leroy 1ère partie
Claude Leroy 2 ème partie
Marie Cardouat 1ère partie
Marie Cardouat 2ème partie
Gabriel Nassif 1ère partie
Gabriel Nassif 2 ème partie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now